glitchRésumé

Il y a deux siècles de cela, l’humanité a payé au prix fort ses appétits démesurés lorsque le feu de mille armes nucléaires a littéralement rasé la surface de la planète. Sous terre, au sein de la Communauté, la souffrance et la guerre ne sont plus que de lointains souvenirs : des puces implantées dans le cerveau de ses membres ont permis d’éradiquer enfin toutes ces émotions qui ont bien failli mener les hommes à leur perte. Lorsque la puce de Zoe, une adolescente technologiquement modifiée, commence à glitcher (bugger), des vagues de sentiments, de pensées personnelles et même une étrange sensation d’identité menacent de la submerger.
Zoe le sait, toute anomalie doit être immédiatement signalée à ses Supérieurs et réparée, mais la jeune fille possède un noir secret qui la mènerait à une désactivation définitive si jamais elle se faisait attraper : ses glitches ont éveillé en elle d’incontrôlables pouvoirs télékinésiques… Sa liberté nouvellement acquise va toutefois lui donner des ailes et, tandis que Zoe lutte pour apprivoiser ce talent dévastateur tout en restant cachée, elle va rencontrer d’autres jeunes Glitchers : Max le métamorphe et Adrien, qui a des visions du futur.
Ensemble, ils vont devoir trouver un moyen de se libérer de l’omniprésente Communauté et de rejoindre la Résistance à la surface, sous peine d’être désactivés, voire pire… 



Date de parution : 06/09/12
Editeur : Robert Laffont
Présentation : Broché
Nb. de pages : 368 pages

 

 

 

3 sur 5

 

Une dystopie un peu light, mais un moment néanmoins agréable.

 

Ahhhhhh !! La collection R et ses premières couvertures ! <3 J'ai eu beaucoup de coups de coeur sur les premières sorties, je dois l'admettre. Les couvertures étaient toutes plus à mon goût les unes ques les autres. Bon, par la suite, elles étaient toujours très belles, mais un petit peu moins dans mes goûts (il en faut pour tout le monde, hein :D )

Glitch faisait partie des plus réussies pour ma part. Les tomes suivants un peu moins, mais il est question du premier tome, dans cette chronique. Elle est jolie, n'est-ce pas ? A la fois girly et futuriste, j'aime beaucoup !

Et son contenu alors ?

Glitch est une dystopie jeunesse. A savoir que la dystopie est déjà un genre assez particulier, qu'on aime ou qu'on n'aime pas. Moi j'aime. Cela dit, il est vrai qu'à force, on a un peu l'impression qu'elles se ressemblent toutes plus ou moins. En revanche, c'est plus difficile lorsqu'il s'agit de dystopies jeunesse. Parce que pour moi, c'est un genre qui mérite d'être très aprofondi. L'histoire doit être complexe et tenir la route. Les personnages doivent être attachants, crédibles, profonds. On doit ressentir une vraie empathie, à la limite de la passion pour eux, pour se sentir vraiment embarqué dans l'histoire. C'est pourquoi j'ai tendance à préférer les dystopies un peu plus adultes, plus fouillées. Par exemple, j'ai adoré Hunger Games, vraiment de tout mon coeur. C'est pourtant quasiment du jeunesse, mais vraiment vraiment bien foutu.

Bref. Glitch aura été pour moi un poil trop léger. J'ai passé un agréable moment, mais ça manquait un peu de punch, de vraie sensation d'oppression. Je me dis que c'est peut-être parce qu'il s'agit d'un premier tome, mais je dirais que ma lecture a manqué de passion, justement.

Les personnages ne m'ont pas particulièrement touchée. Zoe et Adrien m'ont laissé plutôt indifférente. Je n'ai pas spécialement eu peur pour eux. Ni été vraiment touchée par leur histoire d'amour.

En revanche, j'ai détesté Max quasiment instantanément. Et je ne peux pas dire que mon avis sur lui a changé en cours de lecture. Je ne l'aime pas et je pense que j'ai raison. On verra dans les tomes suivants comment tourne l'histoire.

L'entrée dans l'univers d'Heather Anastasiu est un peu brutale, j'ai trouvé. Lorsqu'on commence la lecture, on est déjà dans le "vif du sujet". Zoe "glitche" déjà (c'est à dire qu'elle se déconnecte malgré elle du Lien, l'outil de contrôle des Supérieurs pour soumettre les humains à leur doctrine) et s'est déjà aperçue que le monde comme elle le connaît n'est pas une bonne chose, loin de là. Que les dirigeants ne leur veulent pas que du bien. Que l'annihilation de toute forme de sentiment, d'émotion, de libre-arbitre et de libre-pensée est la pire chose qu'on puisse réserver à l'être humain. Elle a déjà dans l'idée qu'il faut changer leur mode de fonctionnement.

Je pense que cette entrée en matière aurait pu être plus efficace. Ici, on n'a pas eu le temps de comprendre comment les humains peuvent accepter pareille situation (c'est le principe de la dystopie, pour les gens "contrôlés" mentalement, normalement, leur monde et leur vie est une merveille, le meilleur modèle qui soit) et ne se sont pas encore révoltés contre le système. Si on avait suivi Zoe un peu plus tôt, avant qu'elle ne comprenne qu'elle n'a pas la vie rêvée qu'elle imaginait, plutôt que d'arriver directement au moment où la révolution gronde dans son esprit, où elle prend des risques pour se rebeller, peut-être qu'on se sentirait plus concerné par la suite, qu'on aurait eu le temps de s'attacher à cette héroïne, sympathique pourtant, plutôt que simplement la suivre dans son aventure de manière un peu détachée.

Je pense que dès le parti pris de départ, je ne pouvais pas faire de ce livre un coup de coeur. Même si j'ai pris plaisir à suivre l'aventure et à lire cette histoire jusqu'au bout, j'espérais un peu plus de cette histoire. Plus de passion en tous les cas, car je suis assez fan du genre dystopique qui me prend généralement aux tripes. Bon eh bien ici, ça n'a pas été si passionnel, mais disons juste agréable. :)

L'histoire pourtant est intéressante. J'ai trouvé le postulat de départ plutôt sympa, et ça aurait pu vraiment donner quelque chose de passionnant, mais ce n'est pas assez profond ou construit pour que j'y trouve réellement mon compte. L'humanité est contrôlée par les dirigeants à travers le "Lien", diffusé dans leur tête via les ports USB qu'ils portent sur la nuque. Leur personnalité est totalement dévorée, au profit des slogans et de la propagande du Lien. L'humain ne pense pas par lui-même, ne fait aucun choix. Il obéit, sagement, sans réfléchir, travaille, fait ce qu'on lui demande et c'est tout. La technologie futuriste utilisée est intéressante, les humains sont connectés au Lien informatiquement, par une puce installée dans un port USB fiché dans leur nuque, et subissent des "mises à jour" tout au long de leur vie.

Ca aura donc été une lecture sympathique et agréable en ce qui me concerne, sans plus toutefois. Néanmoins, je tenterai le tome 2, puisque je l'ai. Car si ça se trouve, ce premier tome servait d'introduction, et la suite pourrait me surprendre dans le bon sens, ce serait bête de passer à côté.

Nous verrons bien ! :)

Cali