metamorphose en bord de ciel 

Résumé


Tom Cloudman a toujours rêvé de voler, il en est devenu le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige se terminent invariablement au sol. Au moment où on décèle chez lui une maladie incurable, Tom rencontre une étrange créature, mi-femme, mi-oiseau, qui lui propose ce pacte : "Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquence..."

 

 

Date de parution : 14/03/2012
Editeur : J'ai lu
Collection : J'ai lu Roman
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 123 pages

 

 

 

 

 

 

 

3 sur 5

Un joli conte trop court auquel je n'ai pas eu le temps de m'attacher.

 

Dans ma PAL depuis bien 2 ans, arrivé là par caprice "je veux cette couverture", Métamorphose en bord de ciel en est sorti hier. Pour ne rien vous cacher, c'était plus parce que j'avais besoin d'un petit livre court que par réelle envie de le lire là maintenant tout de suite. Et je n'ai sûrement pas eu raison, car je crois que j'ai lu ce livre pour les mauvaises raisons. A un autre moment, dans un autre état d'esprit, je l'aurais sûrement apprécié encore davantage.

D'autant que j'avais vraiment adoré La mécanique du coeur, lu avant de créer ce blog, et donc non chroniqué, mais vraiment vraiment apprécié.

J'ai retrouvé dans Métamorphose en bord de ciel tout le côté poétique sombre qui me plaît d'habitude énormément pourtant. Mais ce livre est tellement, tellement court ! Si j'ai aimé l'ambiance, je n'ai pas eu le temps d'accrocher pour de bon à l'histoire, ni de m'approprier les personnages. C'est très dommage d'ailleurs, parce que je pense que j'aurais pu très bien m'entendre avec Tom Cloudman !

Tom est un grand rêveur, un adulte qui a refusé de grandir et qui rejette la normalité, la banalité, l'immobilisme. Pour lui, pas question d'avoir un métier classique qui ne le ferait pas rêver. Tom veut être cascadeur. Malheureusement, clairement, il n'est pas très doué. Très maladroit, ses cascades finissent immanquablement par des chutes aux conséquences plus ou moins graves. Mais Tom ne se démonte pas. S'il ne peut pas impressionner, il fera rire ! L'important étant d'être remarqué, et aimé.
Un jour, Tom apprend qu'il est malade, gravement. Un cancer qui le ronge, certainement assez maltraité par ses cascades pour devenir vraiment compliqué à soigner.
Cloué dans son lit d'hôpital, relié aux machines et aux tuyaux, sous traitement, Tom décrépit. Mais une rencontre improbable, une nuit, va lui rendre son esprit passionné.
Va s'ensuivre une très belle histoire, très poétique, d'amour, de surnaturel, une aventure qui fait rêver et pas du tout crédible (et c'est bien comme ça.) Quelque chose qu'on vit comme un rêve, 50% chimère brumeuse, 50% réalité.

C'est une très jolie histoire, pleine de poésie du même genre que l'univers Burtonnien, tout en noirceur et en incertitude, mais qui gonfle pourtant le coeur de joie et d'amour. Malheureusement, tout s'enchaîne tellement vite et en un laps de temps si court, 123 pages seulement, qu'on a terminé à peine commencé.

Ca aura été un poil trop juste pour moi, en tout cas même si je termine ce livre avec le sentiment d'avoir bien aimé, j'aurais dû adorer, et ça aurait sûrement été le cas avec une petite centaine de pages supplémentaires ;)

Néanmoins, je peux saluer l'écriture de Mathias Malzieu, qui est vraiment très très agréable, et qui transmet très bien sa vision poétique et presque enfantine du monde, de l'amour, et de la beauté.

Cali