le paris des merveilles - T1 - les enchantements d'ambremerRésumé 


A première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Epoque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées... Dans ce Paris des merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, lorsqu'il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. 
Il lui faudra alors s'associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...

 



Date de parution : 20/05/2015 
Editeur : Bragelonne 
Présentation : Broché 
Nb. de pages : 384 pages

 

 

 

 

 

 

 

coup de coeur !

Un titre divinatoire; ce Paris, ce roman, et ce Pierre Pevel : Une pure merveille !

 

Ce roman est vraiment surprenant.

 

Sauf erreur de ma part (ce qui est loin d'être impossible) il me semble que c'est le premier texte de Pierre Pevel que je découvre. Et je pense bien que ce ne sera pas le dernier !

Dès les premières lignes, ce roman m'a enchantée.

Nous sommes en 1909, une période historique appelée Belle Epoque, que j'affectionne particulièrement. C'est le point de départ idéal pour un roman steampunk, ça c'est certain. Un moment dans l'histoire, figé entre l'ancien et la nouveauté. Les découvertes modernes s'enchaînent sans être encore à portée de tout un chacun. Un moment où tout est possible, où tout est à faire, et où on peut imaginer tout créer. Ce moment de l'invention et de la démocratisation des engins à moteur est particulièrement propice au développement de toute une ribambelle d'idées saugrenues ou ingénieuses qui auraient pu pousser les inventeurs toujours plus loin. Ce qui rend l'aspect steampunk du moment, avec toutes ses machineries développées à l'extrême, parfaitement crédible et terriblement immersif.

Bon, c'est bien beau tout ça, mais il faut quand même avouer que ce livre est nettement moins steampunk qu'il n'en a l'air au premier abord. Vachement plus "fantasy féérique" que steampunk, même. Du coup, légère déception, tout de suite effacée par un tel plaisir à la lecture que je ne sortais pas de l'histoire entre deux moments de lecture.

Par ailleurs, l'écriture de Pierre Pevel est absolument délicieuse, et nous porte avec grâce et poésie dans un univers chimérique et merveilleux, le Paris de la Belle Epoque, où le réel et l'imaginaire se cotoient aux portes d'un monde féérique.

Une plume délicate donc, et réhaussée par un humour subtil distillé dans les dialogues et le caractères de nos deux personnages principaux. Louis Denizart Hippolyte Griffont (que nous allons très vite dénommer Griffont, intimes que nous sommes) et la baronne Isabel de Saint-Gil. Leur relation absolument délicieuse au demeurant est épicé par leurs échanges hauts en couleurs ! J'ai adoré ! Tous les deux très pinces-sans-rire, ils ont derrière eux une longue, très longue relation, et n'hésitent pas à nous ressortir des privates jokes, et des souvenirs, à se balancer des gnons vocaux, c'est un vrai régal, et ça fait un bien fou de lire un peu d'humour dans un roman de fantasy, qui plus est merveilleusement bien écrit. Cela crée de petites soupapes d'air pur dans une histoire au demeurant plutôt prenante.

Pierre Pevel nous prend, nous lecteurs, pas mal à parti dans sa narration. Ce pourrait être rebutant pour certains, certes, quand c'est mal fait. Mais Sieur Pevel fait ça avec beaucoup de parcimonie, d'humour, et d'intelligence. Du coup, ce n'est pas du tout lourdingue, c'est même formidable.

Bref, l'ambiance, l'époque, les personnages, l'humour, la plume de qualité... Ce livre n'a que des points forts. Aucun défaut ? Héhé ! Non ! Pour moi, aucun défaut, j'ai absolument tout adoré ! Il est génial.

Cerise sur le gateau avec un personnage secondaire qui m'a plus que séduite, il s'agit du chat-ailé Azincourt. On le voit très peu, mais il marque. Il a le même genre de caractère que Griffont ou Isabel, avec un petit côté fiérot et susceptible qui font de chacune de ses répliques un moment culte !

Dans cette histoire, vous retrouverez des gnomes, des fées, des licornes, des chat-ailés, des dragons et bien d'autres créatures surnaturelles et magiques, et là où tout porte à se dire "mais je ne vais jamais réussir à avaler tout ça et à trouver cela crédible" arrive la surprise suprême : ON Y CROIT A FOND ! ALors oui, je sais, je suis une excellente cliente de ce genre de littérature. Effectivement si vous n'aimez que Musso et Balzac, ça risque d'être un peu plus compliqué pour vous d'ouvrir votre âme à l'enchantement et au merveilleux, mais tentez-le, je suis certaine que vous allez être très agréablement surpris ! Quant à ceux qui s'émerveillent déjà de la littérature fantastique/fantasy/magique, je suis intimement convaincue que vous allez fondre à cette lecture ! 

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas eu de coup de coeur, je crois, et ça fait un bien fou ! 

Je vous conseille cette lecture de tout mon coeur, et souhaite que vous vous laissiez emporter par cet univers enchanteur et l'humour omniprésent, les créatures imaginaires si crédibles et réalistes, l'histoire tout simplement qui vous porte et vous transporte comme un tapis volant dans le ciel, quand on peut enfin attraper les nuages et en déguster de petits bouts bons comme de la Barbapapa... (Voyez un peu l'effet que m'a fait ce livre ?!)

Foncez !

Je veux le deux ! Je veux le deux ! Je veux le deux !

Cali