la sirèneRésumé

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l'Océan en poussant les humains à la noyade. Pour cela, elle possède une voix fatale à qui a le malheur de l'entendre. Akinli, lui, est un beau et gentil jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Tomber amoureux a beau leur faire courir un grave danger à tous les deux, Kahlen ne parvient pas à garder ses distances. Est-elle prête à tout risquer pour écouter son coeur ?

 

Date de parution : 22/09/2016

Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Nombre de pages : 345

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 sur 5

Une plutôt très bonne surprise !

 

Cet été, sur la plage, j'ai eu la chance de pouvoir découvrir un titre "vraiment de saison", avec La Sirène, de Kiera Cass. Une nouveauté Collection R à paraître en septembre 2016. Je vous rédige donc ma chronique en avance, de peur d'oublier trop d'éléments ensuite, mais vous la découvrirez seulement le 15/09.

N'est-ce pas que cette lecture fait parfaitement ton sur ton ??

2016-08-09 12

Alors, ai-je donc aimé cette lecture ? Eh bien oui. J'en fus d'ailleurs la première surprise. Sachez déjà que l'éditeur nous avait également fait des mystères autour de cette lecture, que nous n'étions pas au courant de ce que nous allions recevoir et découvrir et que nous ne savions rien de cette histoire. Quand je l'ai reçu et déballé j'avoue que j'ai eu un petit peu peur. J'avais très moyennement apprécié La Sélection, de cette même auteure et dans cette même collection, et tout pouvait laisser à penser que ce roman-ci serait du même accabit.

Et pourtant, j'ai vraiment bien aimé, et je l'ai même dévoré sur la plage. La Sirène, sans aucun doute, reste un roman "pas prise de tête". C'est frais, c'est léger, ça ne requiert qu'assez peu de nos neurones à moitié brûlés par le soleil et ce n'est pas d'une profondeur incroyable, et alors ? Franchement, cette lecture pleine de fraîcheur m'a fait passer l'un des meilleurs moments de mon été.

J'ai adoré cette façon de revisiter le mythe de la sirène, qui doit être bien plus proche du mythe originel que la version Disney. Je ne suis pas une spécialiste des histoires de sirènes, loin de là, mais c'est un thème qui m'a toujours plu. Pas pour rien si le prénom de ma fille est un dérivé de Loreleï, la célèbre sirène. Donc oui, ça m'a plutôt passionnée.

On trouve ici des créatures condamnées par l'Océan. Condamnées et en même temps sauvées de la noyade. Disons que les sirènes sont à l'origine des humaines, qui ont manqué se noyer à un moment ou à un autre, et que l'Océan a décidé de garder en vie, contre 100 ans de bons et loyaux services à la nourrir. Ainsi, un siècle durant, elles doivent, quand l'Océan le réclame, chanter pour attirer les humains dans les profondeurs, couler des bâteaux et prendre des vies pour les lui donner. En dehors de ces moments où l'Océan a besoin d'elles, elles sont libres de vivre comme elles l'entendent, sur la terre ferme au milieu des hommes, à condition de ne jamais jamais jamais leur faire entendre leur voix.

Kahlen a déjà "purgé" 80 ans, et est donc proche de la libération, mais sa condition lui pèse de plus en plus et ses obligations la rendent de plus en plus malade, elle déteste ce qu'elle fait, et finit par se détester aussi. Un jour, elle rencontre l'amour, et cela va évidemment tout changer. Par amour, Khalen, aidée de ses soeurs sirènes, va soulever des montagnes.

Ca peut paraître très cucul, et évidemment, ça l'est un petit peu, mais franchement, même pour quelqu'un comme moi qui n'aime pas lire des choses trop fleur bleue, c'est passé comme une lettre à la poste. La vision de la sirène, son origine, ses motivations, ses devoirs et son humanité, rendent l'histoire vraiment très prenante. Et quand arrive la romance, elle ne prend pas toute la place. Une place certaine oui, mais pas tout. Et puis elle est bien amenée, Kahlen et Akinli sont adorables et très attachants, et toute l'histoire est bien pensée. De plus, le côté un peu cucul est bien contrebalancé par l'explication donnée à la légende de la sirène, qui elle est un peu sombre (comme elle doit l'être d'ailleurs). Cet équilibre rend le tout parfaitement digeste.

Cela manquera certes toujours un peu de profondeur pour générer une vraie émotion, mais en tant que lecture d'été, pour la détente et la distraction, c'était vraiment, vraiment très bien.

Je l'avais je pense déjà noté dans ma chronique de La Selection, si l'histoire m'avait moyennement plu, l'écriture de Kiera Cass est loin d'être désagréable. Simple, mais fluide, elle "coule" toute seule. C'est un livre qui se lit vraiment facilement, et avec beaucoup de plaisir.

La couverture reste dans la lignée de l'autre saga de l'auteure, elle est jolie mais un peu gnangnan. Cela dit, cette jolie robe trouve son explication dans le texte. On pourrait en effet se demander pourquoi on n'a pas une belle sirène à queue de poisson sur la couverture, mais on le comprend à la lecture.

Bref, La Sirène est un Collection R que je peux vous recommander sans rougir, pour passer un bon moment de détente. Je pense qu'il va rencontrer un beau succés. Un peu dommage qu'il paraisse en septembre par contre, je pense que beaucoup auraient aimé pouvoir le découvrir sur leur serviette de plage, lunettes de soleil sur le nez et odeurs de crème solaire qui flottent dans l'air. Mais bon, l'éditeur, qui laisse rarement les choses au hasard, avait sûrement ses raisons (que j'ignore).

Je vous invite donc à vous précipiter sur ce livre à sa sortie, imminente normalement au moment de la publication de cette chronique.

 

Cali