Stoneheart T1Résumé


Le jour où George brise la statue d'un dragon, il est loin de se douter qu'il a réveillé une épouvantable malédiction. Statues malfaisantes, gargouilles et sculptures inquiétantes prennent vie. Une course-poursuite terrifiante est lancée dans Londres car tous ces êtres maléfiques n'ont plus qu'un seul but : tuer George. Commence alors pour le jeune garçon une quête vertigineuse pour trouver Stoneheart, le Cœur de pierre.

 



Broché: 478 pages
Editeur : Hachette Roman 
Date de parution : 22 août 2007
Collection : Grand format Hachette Jeunesse

 

 

 

 

 

 

 

 

3 sur 5

Une aventure jeunesse rebondissante et bien immersive, mais pas sans défauts.

 

J'ai acheté ce livre sans le connaitre du tout, quand mon regard a accroché sa couverture dans les rayons d'une librairie d'occasion. Je n'en avais jamais entendu parler, pas plus du livre que de l'auteur, et n'avais aucune idée de ce qu'il valait. Mais bon, c'est comme ça qu'on fait des découvertes, n'est-ce pas ?! Et puis, comme ça, là, de façon très superficiel en quelques coups d'oeil, tout cela me semblait plutôt prometteur.

Bon alors, globalement, même si j'ai mis beaucoup de temps à le finir, j'ai plutôt bien aimé. C'est certes très jeunesse, mais pas non plus enfantin ni débilisant. Donc, c'est du "jeunesse" qui n'a plus qu'à développer ses charmes pour me séduire, raviver mon coeur de gosse rêveuse, et faire parler mon imagination. Y est-il arrivé ? Oui. Plutôt pas mal, même. J'ai trouvé l'univers bien immersif, on se laisse très facilement prendre au jeu et entraîner dans cette aventure haletante pleine de créatures normalement inertes qui décident soudainement de s'ouvrir à la vie avec de plus ou moins bonnes intentions vis à vis de Georges, notre jeune héros, qui bascule malgré lui dans un "contre-Londres" dont il se serait bien passé. Un genre de monde parallèle en fait. Il circule dans le vrai Londres, matériellement, mais sa vision s'est comme "adaptée" pour lui montrer les créatures fantastiques qui y grouillent.

Sincèrement je n'ai pas eu de mal à me laisser embarquer, l'histoire est sympa, l'énergie et la dynamique sont assez captivants, l'originalité et les personnages en font une histoire vraiment agréable pour passer un bon moment hors du temps.

Georges est très attachant. J'ai un peu de mal à situer son âge, mais je dirais entre 12 et 14 ans. Très timide, un peu fragile au début, il va évoluer au fil de l'histoire et s'endurcir pour devenir un bonhomme plein de courage et d'altruisme.

Edie est un peu pestouille sur les bords mais j'ai bien aimé son caractère plein de fraîcheur, sa répartie et son dynamisme.

L'écriture de Charlie Fletcher m'a semblée très adaptée. Accessible à un public un peu jeune sans être abrutissante de simplicité, elle est fluide et bien travaillée, pour porter l'histoire comme il se doit.

 

Voilà pour les bons côtés, assez forts par rapport au reste pour en faire une lecture plutôt positive quand même, malgré une note un peu moyenne.

Quant aux points plus négatifs, les voici.

Je dirais que j'y ai trouvé tout de même pas mal d'incohérences. Des bouts de paragraphes qui ne s'imbriquent pas forcément très bien les uns aux autres pour la continuité de l'action, par exemple. Voire des scènes carrément impossibles. Quand une créature qui n'a que deux bras, enserre la tête d'Edie entre ses mains jusqu'à la soulever du sol (et qui doit donc y mettre de la force et y garder les DEUX mains) et qui soudainement arrive à faire une autre action en simultanné avec une main, comme si une troisième lui avait poussé...

Certaines scènes un peu baclées aussi, alors qu'elles méritaient d'être un peu plus aprofondies, alors que d'autres traînouillent un peu sans forcément être hyper intéressantes ou nécessaires à la suite...

Ensuite, l'auteur se laisse régulièrement aller à de grosses facilités. En effet, à de nombreuses reprises, on doit revenir en arrière en essayant de capter comment et pourquoi la scène se passe comme ça, et de comprendre qu'en fait, elle se passe comme ça, parce que c'est plus facile pour amener la suite, sans autre raisonnement pour ainsi dire. Certaines fois sont plus gênantes que d'autres, les ficelles ne sont pas toutes énormes, mais bon, il y en a quand même un paquet qui auraient pu être gommées ou amenuisées pour être moins visibles, je pense.

Rien que le point de départ de toute cette aventure fantastique (George a éclaté la tronche d'une gargouille sur la façade d'un musée) on ne comprend pas trop le pourquoi du comment, et on a un petit peu l'impression qu'il fallait juste un point de départ, peu importe lequel, pour lancer le bordel que l'auteur avait en tête concernant les aventures folles d'un jeune garçon et des gargouilles lol.

 

Mais bon, ces points négatifs sont équilibrés, voire même un peu gommés par l'originalité de l'histoire et le fait qu'on ait pas le temps de s'ennuyer, suspense et course poursuite endiablée, plein de surprises, notamment dans les personnages qu'on rencontre, qui si ce que j'ai lu par ci par là est vrai sont pour un bon nombre de vraies statues qu'on peut croiser à Londres. Je crois que c'est ce qui m'aura le plus convaincue dans ce moment d'ailleurs. Cette impression de circuler dans le monde normal, et qu'il suffirait de lunettes bizarroïdes pour voir notre monde actuel comme il est en réalité, plein de magie, de crétures folles, de dangers... Un peu comme dans ma tête quoi :D C'est pour ça que malgré des défauts un peu lourds, je me suis laissé aller dans cette narration que je suis quand même parvenue à bien aimer.

Stoneheart est le premier tome d'une trilogie. Il n'a donc pas réellement de fin, et ouvre la porte directement pour le tome 2, mais bon, j'ai trouvé qu'on pouvait bien le lire seul, finalement. Après, je ne dis pas, si je tombe sur le 2 d'occasion, je pense que je me l'offrirai, par curiosité et pour en savoir plus, mais si je ne tombe jamais dessus, eh bien... Je n'en ferai visiblement pas une maladie, je pourrais tout aussi bien en rester là.

C'est donc une lecture que je vous conseille si vraiment l'enfant qui sommeille en vous n'est pas très loin, ou si votre imagination fertile et capable de voir à travers le verre magique. Si vous êtes un genre de lecteur un petit peu plus... sérieux... Evitez-le par contre. Ses défauts vous sauteront au visage et ses qualités vous laisseront de marbre, ce sera un fiasco.

Cali