Les vivants T2 - Les proiesRésumé
Tuer ou être tué ? Telle est la question...
Le second volet de la série apocalyptique Les Vivants.

Quand le tremblement de terre a frappé, Shy était en mer pour son job d'été. Le paquebot ou il était employé comptait parmi les plus luxueux qui aient jamais existé. Il repose maintenant au fond de l'océan Pacifique, avec presque tous ses passagers.
Shy n'a pas été le seul à s'en tirer. Addie, fille d'un richissime et mystérieux homme d'affaires, l'a rejoint sur son canot de sauvetage. Mais lorsqu'ils ont atteint l'île providentielle ou se sont réfugiés les rares survivants, elle s'est évanouie dans la nature.
Shy se console en retrouvant Carmen, sa superbe collègue, et ensemble ils découvrent un moyen de rentrer chez eux.
Avant de disparaître, Addie lui a confié un secret. Un secret pour lequel certaines personnes seraient prêtes à tuer – et ont déjà tué. Elle possède le moyen de tout faire basculer. Mais ou est-elle ? Tous les indices pointent vers la Californie, dévastée par les catastrophes et infestée de gangs armés. La route sera longue...



Parution : 11 Février 2016
Editeur : Robert Laffont 
Collection : R
Nombre de pages : 432

 

 

 

 

 

4 sur 5

Une très très bonne suite ! Encore !

Les Proies, c'est la suite de Les Vivants, de Matt de la Pena, paru chez Collection R en mars 2014. J'avais plutôt bien aimé le premier volet, et je dois dire que je suis très satisfaite de cette suite, puisqu'elle m'a même convaincue encore davantage.

Autant le premier tenait du scénario catastrophe, avec ce tsunami gigantesque et ces effroyables tremblements de terre, autant celui-ci a plus du virus épidémique mortel ambiance zombiesque apocalytique, un décor qui me tient plus encore en haleine. J'ai vraiment vraiment aimé cette suite. Même si on a limite l'impression, en ce qui concerne l'histoire en elle-même, que ça n'a plus grand chose à voir avec le précédent, le lien est fait par les personnages, qu'on a plaisir à retrouver dans cette seconde aventure. Cireur le sage, Shy l'impétueux, et Carmen la sulfureuse, sont des personnages (même s'ils sont finalement assez peu fouillés) auxquels on s'attache.

Dans ce tome, ils vont parcourir les zones dévastées et désertiques pour mener à bien la mission qu'ils se sont fixée, histoire de sauver le monde, et apporter la preuve de la culpabilité du responsable de cette épidémie, et ainsi assouvir à la fois leur vengeance, et leur soif de justice.

Les personnages de ce roman ne sont pas tout blancs ou tout noirs. Ils sont foncièrement des gentils, mais à de nombreuses reprises, des zones bien plus sombres font leur apparition. J'aime que les personnages ne soient pas lisses.

Je n'ai pas subi les quelques moments plus "plats" dont je vous parlais dans la chronique du premier tome. Cette site est menée tambours battants, on a peu l'occasion de souffler et de se reposer dans ce road trip haletant où la vie de nos héros et en même temps celle de l'humanité toute entière d'ailleurs, est menacée quasiment en permanence. On se régale d'un suspense sans fin, et d'une tension vraiment présente tout au long du livre.

Je vous parlais de l'ambiance générale, en effet, elle a beaucoup contribué à ce que l'ensemble me plaise. Le virus, l'épidémie, les gens qui meurent par millions... Même s'ils ne se relèvent pas ensuite pour bouffer les cerveaux des survivants, amènent une ambiance très zombiesque, sombre, dangereuse, où il est très compliqué de survivre et où la maladie est loin d'être le seul problème à surmonter. Car on le sait, quand les règles et les lois n'ont plus cours, l'Homme devient son pire ennemi.

On parcourt bien des kilomètres épuisants, dans des paysages arides, à pied souvent, parfois par chance, à bord d'un véhicule dans lequel il restait un peu d'essence, on est fatigués pour eux, éreintés même, et la tension omniprésente met à mal l'espoir que les choses se terminent bien.

On veut voir tomber Laso Tech, l'entreprise responsable de ce merdier et de la propagation du virus, pour des raisons nulles autres que pécunières, ce qui est juste inconcevable, et ne pas laisser s'en tirer à la fin.

On passe vraiment un bon moment dans l'univers imaginé par Matt de la Pena, qui est un auteur au style simple, mais prenant, addictif, et fluide, qui a le talent de raconter les choses comme elles doivent être perçues, et de passer de vraies émotions, et un sentiment grandissant d'oppression. C'est vraiment ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre, cette impression de "course" qu'on vit en même temps que les protagonistes, et de danger. Un genre de pression qu'on subit tout au long de la lecture et qu'on apprécie tout particulièrement, on se sent concerné par l'histoire et par ce qui arrive aux héros.

De plus, la couverture de ce second tome me plaît beaucoup plus que la première, ce qui ne gâche rien.

Bref, pour moi, cette suite est une réussite, rares sont les seconds tomes qui font aussi bien que les premiers, mais alors faire mieux, ça devient rarissime, et je suis très très contente ! Je vous conseille cette série !

Cali