crème du soir espoirRésumé 


Elles étaient les meilleures amies du monde. Les deux doigts de la manucure. Fondues de fond de teint, toquées de cosmétiques, elles partageaient tout, à commencer par leurs trousses de maquillage. Un quiproquo d'ados les a séparées. Vingt ans ont passés... Allie et Olivia piétinent au buffet d'une réunion d'anciens. Et les souvenirs affluent. Leurs vies d'adulte mériteraient, l'une comme l'autre, un bon coup de rouge. Au diable les points noirs, on se dit tout sans fard. Ou l'amitié comme antirides... 

 



Poche: 314 pages
Editeur : Pocket

Edité le 1 juin 2011
Collection : Litterature

 

 

 

 

 

 

 

3 sur 5

Raffraîchissant ! Mais un peu basique.

 

J'avais envie d'une lecture légère et pas prise de tête, aussi, ma lecture suivante dans l'ordre de ma PAL urgente tombait-elle à pic ! Il y avait une vraie éternité que je n'avais pas lu de chick-lit, après une période où j'en ai consommé beaucoup il y a quelques années.

Celui-ci fut frais, léger et agréable. Après, soyons francs, si ça m'a fait plaisir de me replonger le temps de quelques pages dans ce genre de livre, je ne m'en referais pas une cure plus longue ! Disons qu'un de temps en temps, c'est bien :) Parce qu'il faut bien le dire c'est gentillet, mais les histoires ne sont pas phénoménales ^^. Crème du soir, espoir est un chick-lit basique à ce niveau. Sympathique, agréable, tout ce qu'on veut, mais assez simple et téléphoné. A vrai dire, on sait dès le départ comment ça va se terminer, parce que dans la chick-lit, ça se termine toujours bien ! :D

Je pense que c'est un livre qui plaira davantage aux femmes trentenaires et quadra qu'aux jeunes filles en fleur, j'y ai d'ailleurs passé un bon moment, car Allie et Olivia ont des préoccupations (en tout cas physiques) qui sont de mon âge. Les rides, l'embonpoint qui vient en vieillissant, les crèmes de beauté qui deviennent plus une nécessité qu'une option pour se prélasser, tout ça, ça me parle sûrement plus qu'à une nana de 18 ou 20 ans (qui doit se dire qu'elle est tranquille et restera fraîche et jolie jusqu'à ses 60 ans au moins, mais que nenni, jeune fille ! Ca va te faire tout drôle dans pas longtemps !) Bref, disons que l'univers du livre ne m'était pas tout à fait étranger, et la personnalité et les comportements des deux héroïnes ont pu me paraître cohérents et crédibles.

Allie et Olivia sont deux amies d'enfance, qui, après une dispute dont elles se rappellent à peine 20 ans plus tard, se sont perdues de vue et séparées. Elles ne se sont pas oubliées, mais gardent en elles une certaine rancoeur l'une envers l'autre. Elles ont néanmoins un lien qu'elles ne soupçonnent pas en la personne de Noah, resté ami avec l'une comme avec l'autre, à des degrès différents et dans le plus grand secret.

Allie et Olivia sont plutôt marrantes, un peu fofolles, un peu adulescentes mais qui prennent conscience tout doucement que le temps passe, et que ses dégâts sont plus ou moins violents. Elles sont dans une période difficile, de prise de conscience, de bilan esthétique et psychologique, d'envies de changements sans trouver comment se donner les moyens de bouger. Leurs retrouvailles vont être à la fois touchantes et si simples. Et quand Noah va leur donner une raison de raviver une amitié vieille de 20 ans, les vestiges de colère qu'elles ont pu ressentir disparaissent comme par enchantement, et leur vieille complicité revient au triple galop, en toute simplicité.

J'ai bien aimé cette histoire, qui m'a fait passer un bon moment de détente, sans avoir besoin de réfléchir, juste le plaisir de me laisser porter par l'humour et la simplicité.

Mais bon, justement, simple ça l'est peut-être trop pour moi aujourd'hui, la chick-lit. Ca manque un peu de profondeur, de suspense, et de piment.

Disons que cette lecture fut aussi agréable qu'un masque à l'abricot dans un bon bain chaud moussant. Pas grande utilité, mais participe au bien-être et à la détente à 100%, et ma foi, une fois de temps en temps, il faut admettre que ça fait du bien !

L'écriture de Beth Harbison n'a rien de foncièrement remarquable, mais elle porte bien son histoire. Simple et fluide, on profite juste du moment sans avoir d'effort à fournir. Il me semble, si je ne m'abuse, que j'avais lu Shoe's addict de la même auteure. Si c'est bien le cas, je n'en ai pas gardé un souvenir très précis, mais il me semble que ça m'avait plutôt plu aussi. Je suppose que je peux donc dire que c'est une auteure qui gère, dans sa catégorie.

Je peux vous conseiller Crème du soir, espoir, si vous avez entre 30 et 45 ans, et que vous avez envie d'une petite pause entre deux lectures un peu plus exigeantes, c'est un bon entracte.

Cali