les faucheurs sont les angesRésumé


Temple a quinze ans. Elle ne peut se souvenir du monde tel qu'il était avant, il y a vingt-cinq ans. Avant que les morts ne reviennent à la vie, avant de se retrouver seule ou presque, sans personne d'autre qu'elle-même pour assurer sa survie. Heureusement, elle semble faite pour ça, et son périple sur les routes des Etats-Unis lui permet de se nourrir chaque jour de la beauté du monde. Pourquoi, dès lors, éprouver le moindre ressentiment pour les autres : les limaces, les sacs à viande. 
les zombies. Avec Les faucheurs sont les anges Alden Bell signe une oeuvre forte et originale, un récit poignant et humain qui, entre La route de Cormac McCarthy et Walking Dead, donne une nouvelle dimension au mythe du zombie. 




Date de parution : 29/08/2013
Editeur : Gallimard (Editions)
Collection : Folio SF
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 306 pages

 

 

 

 

 

 

 

4 sur 5

Une vision que j'ai trouvée très intéressante !

 

Eh oui ! Encore du zombie ! Ici ? Quelle surprise !

Et le plus beau, c'est que je trouve encore des livres sur le sujet qui arrivent à me surprendre, à emprunter une voie que je ne soupçonnais pas, et que j'aime toujours autant ça ^^.

Temple, une jeune fille de 15 ans, erre seule dans un monde dévasté. Elle l'a toujours connu ainsi, l'épidémie ayant eu lieu bien avant sa naissance. Elle a donc appris très jeune à survivre, sans aide, aussi bien à la solitude, qu'à la faim, qu'aux cadavres qui déambulent dans les rues, et partout sur la Terre. En tout cas, partout aux Etats-Unis. Parfois, Temple rencontre une personne, ou un groupe. Parfois c'est une bonne surprise, parfois non. Dans tous les cas, Temple ne reste jamais longtemps avec une nouvelle compagnie. Temple fuit les humains tout comme elle fuit les zombies. Elle ne veut ni s'attacher, ni dépendre de quelqu'un, ni que quelqu'un dépende d'elle. Elle se débrouille très bien tout seule, merci.

Un jour, cette jeune fille pas comme les autres va rencontrer un être hors du commun, qui changera peut-être sa façon de voir la vie, Maury, un grand gaillard, qu'elle appellera "l'idiot" pratiquement jusqu'à la fin, qui ne parle pas, ne semble pas tellement penser non plus, mais qui va lui apprendre, tellement, tellement de choses....

 

Les faucheurs sont les anges est un livre qui ne nous cache pas les choses. Il y a du sang, des orbites béants d'où dégueule une masse liquide grisâtre, des membres qui pendent... Et pourtant, ce n'est pas une histoire dégueulasse. Je veux dire, ce ne sont pas les détails sanguinolents qu'on retient, au final (même j'aime bien, moi, de toute façon :p ) C'est une histoire plus sensible que ça.

On s'attache beaucoup à Temple, qui paraît plus que son âge malgré son langage plutôt primaire, et son illétrisme. On la suit avec intérêt, même si on ne comprend pas forcément toujours ses réactions au début. On apprend à capter ses intentions, ses comportements, à les anticiper, et on finit par la comprendre. On finit même par bien l'apprécier. C'est un personnage fort, et j'ai apprécié que ce soit une fille. Elle ne mâche pas ses mots et n'a pas sa machette dans sa culotte. Temple, elle gère ! Elle n'a connu que ça, cette guerre incessante des vivants contre les morts. Elle a perdu tous ceux qui lui étaient chers. Du coup, elle a du mal à gérer de nouvelles relations, elle refuse de s'attacher aux gens, de se poser quelque part et d'envisager d'y rester plus que quelques jours. Elle préfère s'occuper d'elle, parce que ça, elle sait le faire. Ben tout ça, on peut l'entendre. Je veux dire, c'est crédible comme comportement.

Comme souvent dans les histoires de zombies finalement, il s'agit d'imaginer beaucoup plus l'aspect psychologique des choses., les comportements humains face à l'horreur, que l'horreur elle-même. On cherche ici à trouver une logique dans les réactions des survivants face aux infestés, face aux autres survivants, face à eux-mêmes.

The Walking Dead, notamment, était déjà parti explorer de ce côté-là. Et c'est un côté que j'aime beaucoup, moi. C'est vrai quoi, si on se contentait de voir des neuneus courrir, poursuivis par des mort-vivants, dans toutes les histoires, ça finirait par devenir vite lassant. Alors que l'approche psychologique peut se renouveler à l'infini selon les personnages !

Niveau style et écriture, je dois dire que je n'ai rien à dire ! Ca se lit très très bien, c'est bien écrit. L'histoire est portée par une plume fluide et sans chichi qui n'en fait ni trop, ni trop peu. Une écriture qui arrive à faire oublier la jeunesse de l'héroïne, qui aurait pu engendrer un récit trop enfantin. Mais c'est très bien géré, et on ne se sent pas dans un "jeunesse".

J'ai tout de même un petit bémol perso sur la forme : Qu'est-ce que c'est que cette présentation des dialogues ? En vrac comme ça, dans le texte ! Pas le moindre petit tiret ou guillemet pour prévenir. C'est parfois un peu compliqué à suivre. Ca donne un côté un peu brouillon, dans l'urgence, qui ne dépare pas dans ce genre d'histoire, cela dit.

Bref, j'ai beaucoup aimé Les faucheurs sont les anges. C'est un bon livre de zombies, dont on ressort heureux de sa découverte ! What else ? :D

Cali