les lumières de HavenRésumé 

Cinq lycéens sont projetés dans l’univers merveilleux de Haven. Une Terre parallèle, volontairement bloquée au XVIIIe siècle. Le dirigeant Old Black, inspiré par la philosophie des Lumières, règne en despote éclairé sur ce havre de paix… Mais un personnage mystérieux ébranle cet édifice en révélant un secret millénaire. La révolte gronde…

 

 

 

Scrinéo jeunesse
Broché
Paru le : 24/01/2013
Nb. de pages : 414 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

2 sur 5

Pas embarquée car je n’y ai malheureusement pas « cru ».

 

 

Les lumières de Haven était dans ma PAL depuis un moment, offert par Marly qui l’avait semble-t-il adoré. Elle m’avait avertie que c’était pas mal jeunesse quand même, mais qu’elle l’avait trouvé terriblement prenant.

 

C’est le choix qu’Anne (Aka Asuna, blog : Equi'livre, page Facebook : Les tribulations d'une raleuse invétérée) et moi avons fait pour notre toute première lecture commune ensemble. Il semblerait qu’on aurait pu choisir mieux pour une première car nous n’avons accroché ni l’une ni l’autre, et la lecture fut longue et laborieuse, parce que pas spécialement pressées de reprendre notre livre, pas trop curieuses de découvrir la suite, pas tellement engagées dans l’histoire.

 

Attention, je ne dis pas que c’est un mauvais livre, loin de là, tout est question de sensations et d’émotions ressenties, qui sont heureusement propres à chaque lecteur. Aussi, un autre lecteur que moi (nous ?) sera peut-être complètement happé par cette histoire.

Quoi qu’il en soit, qu’on aime ou pas, il faut vraiment s’attendre à un livre très jeunesse. C’est limite un livre pour grands enfants, à mon avis. Du coup, il y a comme un décalage entre la cible de lectures visée et l’âge des personnages, par ex. Les adultes ne peuvent pas s’y identifier, les ados pas tellement non plus, car si les persos ont leur âge, ils ont des réactions plutôt enfantines, et les enfants n’y parviendront pas mieux car les héros sont trop « vieux » pour eux.

 

En fait, je crois que c’est ce qui m’a le plus dérangée dans ce roman, le fait de ne pas avoir de point de repère solide en terme de tranche d’âge. Je n’ai habituellement aucun mal à me projeter dans une histoire pour enfants / jeunesse / YA, même si j’ai largement dépassé la date de péremption, à partir du moment où je peux m’imaginer lire le livre avec les yeux d’une petite fille d’un âge assez précis. Là pour moi, on ne sait pas. C’est flou. Et du coup, pas tellement crédible. Oui, je sais, une histoire fantastique d’un monde inconnu peuplé par les anges, c’est pas fait pour être crédible ou réaliste. Ce n’est pas de ça que je parle. Je peux croire à tout, et j’y arrive très bien, mais il faut que l’auteur y croie, que les personnages y croient, qu’ils me paraissent réalistes, eux, dans leurs réactions, paroles, dialogues, émotions. Ce n’est pas le cas ici. Les héros sont des adolescents de 16- 17 ans environ, mais réagissent souvent comme des enfants d’un côté, et apprennent leur nouvel univers et l’escrime de combat ou intègrent l'existence des anges comme des adultes très courageux. Ca n’a pas de sens. Et je n’y ai pas cru, je n’ai pas adhéré parce que je sentais trop ce côté fictif, cette façon de les faire réagir comme ça arrange pour la suite des évènements.

 

Ca c’était vraiment le gros point noir de ma lecture, celui qui fait que je n’ai pas su m’immerger dans cette histoire.

 

Néanmoins, ce n’était pas désagréable, je n’étais juste pas prise dedans. L’écriture n’a rien de forcément très remarquable, mais elle est adaptée à un livre très jeunesse, et se lit facilement.

L’histoire, si tant est qu’on arrive à s’y plonger, est objectivement sympathique, avec quelques éléments très intéressants et originaux, qui auraient pu donner quelque chose de génial, mais reste un peu « facile ». De grosses ficelles, tirées assez grossièrement par la marionnettiste, mais bon, au moins, ce n’est pas prise de tête. C'est par contre assez superficiel et survolé, et c'est bien dommage.

 

J’ai donc parcouru tout ce livre sans passion, et avec assez peu d’intérêt, de manière complètement détachée, je ne me suis pas du tout sentie concernée par ce qui arrivait aux personnages, auxquels je ne me suis pas du tout attachée, sauf peut-être un peu aux Egaux, et encore, c’est survolé donc bon. Et pourtant, je n’étais pas rebutée non plus. C’est assez bizarre comme sensation.

 

La couverture est jolie, le livre est soigné et l’auteure est très probablement fort sympathique, il y a de très bonnes critiques un peu partout sur ce roman, donc, je pense que c’est moi qui suis particulièrement passée à côté, c’est bien dommage ! En bref, ne vous fiez pas uniquement à mon avis pour décider de le lire ou pas, vous trouverez sur la toile des chroniques bien plus chaleureuses, et probablement plus argumentées. J’ai quelques difficultés à faire quelque chose d’objectif alors que mon opinion sur ce livre repose uniquement sur la sensation de ne pas y avoir cru.

Mais la lecture est restée agréable, ça je peux l’affirmer, il faudra peut-être que je le relise plus tard, dans d’autres conditions, et à un moment peut-être plus propice ?

 Tout bientôt, je vous diffuserai ici la chronique d'Asuna, qui ne devrait normalement pas être plus enthousiaste que la mienne.

Cali