BD The Walking Dead T3Résumé


Le monde tel que nous le connaissions a disparu. Définitivement. Rick et son groupe de survivants quittent les abords d'Atlanta en quête de l'abri qui les protégera des attaques incessantes de morts-vivants. La chance leur sourit lorsqu'ils trouvent sur leur chemin un immense pénitencier laissé à l'abandon. Du moins, le pensent-ils... car une fois les alentours nettoyés, ils rencontrent les occupants de la prison. Œuvre fondatrice du genre en bande dessinée, Walking Dead s'impose par sa qualité d'écriture et son attention portée aux relations entre les personnages de cette incroyable aventure humaine. En effet, au-delà des scènes où apparaît la menace des morts-vivants, les auteurs nous entraînent dans un récit où la survie est l'affaire de tous les instants, et où la moindre erreur peut s'avérer fatale...

 



Comic: 135 pages
Editeur : Delcourt

21 novembre 2007

 

 

 

 

 

 

coup de coeur !

Fan  j'étais, fan je reste !

 

Je poursuis tranquillement ma découverte d'une autre face de ma passion pour les zombies, avec le troisième tome de Walking Dead, intitulé Sains et saufs ?.

C'est fou comme on arrive bien à faire des "pauses BD" entre deux chapitres de L'Aîné (le second tome d'Eragon).

Walking dead n'est pas le genre de comic qu'on lit en plusieurs courtes pauses WC. On peut l'y commencer, certes, mais on ne sait pas le lâcher en sortant ! J'ai dévoré ce troisième opus d'une traite.

Et comme pour les deux premiers, j'ai pris un pied d'enfer.

Le souci de chroniquer cette saga, c'est que tous mes avis sur chaque tome vont se suivre et se ressembler... (du coup, peut-être que je ne les chroniquerai pas tous, n'a quand même beaucoup...)

Dans ce troisième épisode, Rick et sa clique prennent possession du pénitencier qu'ils ont découvert à la toute fin du tome précédent. Nous avons ici encore notre lot de (mauvaises) surprises, de morts, et de questionnements sur la survie de notre petit groupe. Rick commence à ne plus trop savoir comment agir ou réagir, il a toute la pression de la survie des autres sur les épaules. En effet, ils ont fait de lui leur chef de manière spontannée et implicite, tout en lui reprochant ensuite de prendre toutes les décisions, parfois à l'encontre des souhaits de certains. Ah ben oui mais bon, faudrait savoir, les gars !

La pire surprise dans ce volume ne vient même pas des zombies. Comme dans la série, je crois qu'on va vite comprendre que finalement, ce n'est peut-être même pas leur plus gros problème, cette invasion de mort-vivants. L'homme est un loup pour l'homme, et il profite d'une situation qui pourrait difficilement être pire pour faire ressortir ce qu'il y a de plus mauvais en lui.

On assiste à pas mal de pétages de plombs dans cet épisode, chacun y va de sa petite crise d'hystérie, de son mauvais caractère, de son pessimisme communicatif... Notamment Lori, la femme de Rick, qui a subitement une poussée de personnalité (due aux hormones de grossesse ?) et qui nous la joue petite rebelle jamais contente.
Bref, ils vivent là encore quelques semaines pas bien sympa, et dans une ambiance de merde, au lieu de vraiment se serrer les coudes.

Encore une fois, le rendu général du comic est génial. L'esthétique du dessin, les dialogues, le scénario, l'ambiance générée, tout y est parfait. Quand j'attrape un tome, je plonge dedans à fond, et je n'en ressors qu'à la fin. Et l'effet est de plus en plus puissant en avançant dans la saga. Exactement comme la série.

Je suis fan des zombies depuis longtemps, fan de The Walking Dead (tv) depuis le début, et de plus en plus fan de la saga en BD. Je crois qu'on n'a pas fini d'entendre parler de zombies et de la littérature zombiesque par ici. J'aime trop ça, me sentir mal, oppressée, inquiète, angoissée, à chercher des solutions, même temporaires, pour gagner encore un peu de temps et rester en vie, me méfier de tout et de tout le monde, trouver des excuses au meurtre car les circonstances sont largement atténuantes (un sujet dont la série comme le comic traitent tout particulièrement). J'aime ces sensations, j'aime ces créatures qui ne font que se relever, qui grouillent, qui nous encerclent, mués par une faim incontrôlable qu'aucun remord ne pourrait faire taire.

Je n'ai plus qu'un tome dans la bibliothèque, il va falloir aller chercher la suite ! :)

Cali