northanger abbey jeunesseRésumé


A Bath, où elle séjourne avec des amis de la famille, la jeune Catherine Morland se lie d'amitié avec Eleonor Tilney et son frère, le séduisant Henry. Ces deux derniers l'invitent à passer quelques temps à la campagne, dans leur manoir de Northanger Abbey, vieille demeure médiévale, où ils vivent avec leur père veuf. Dans cette demeure gothique qui semble abriter des secrets inavouables, l'imagination fertile de Catherlne entre en ébullition...

 



Editeur : Flammarion 
Collection ; Flammarion Jeunesse
Date de parution : 17/06/2015
Nb de pages : 288 pages

 

 

 

 

 

 

 

3 sur 5

Jane Austen reste Jane Austen, mais petite déception pour celui-ci

 

Quand Flammarion m'a proposé un SP "Jane Austen" et que j'ai vu cette splendide couverture (il faut dire que les couvertures "très classiques" de l'ensemble de l'oeuvre austenienne en général ne me plaisent pas, mais alors pas du tout ! - seules les dernières couvertures de chez 10/18 ont trouvé grâce à mes yeux jusque là) j'ai sauté sur l'occasion de découvrir ce roman d'elle que je n'avais pas encore lu, justement. Cette couverture très douce, très romance et en même temps beaucoup plus poétique, moderne, et attrayante m'a immédiatement donné envie de me jeter sur cette oeuvre.

J'aime Jane Austen de tout mon coeur depuis la lecture d'Orgueil et préjugés et d'Emma et j'étais très impatiente de lire un nouveau roman de cette auteure romantique, pleine d'humour et au regard acéré porté sur son époque.

J'ai passé un moment agréable à la lecture de Northanger Abbey, vraiment très agréable même, car retrouver l'ironie et la plume de Jane Austen fut un réel plaisir, autant que replonger le temps de quelques pages dans le charmant XIXème siècle.

Pourtant, je dois avouer que j'ai moins aimé cette histoire que les deux précédentes ? Pourquoi ? Je ne saurais le dire clairement. J'ai des hypothèses mais aucune certitude.

Cela est peut-être dû au personnage principal, Catherine Morland, que je n'ai pas aimé du tout. Eh oui, cela peut jouer énormément. Limite je lui ai préféré un personnage très secondaire, mais plus Austenien à mon goût, qui est celui d'Eléanore Tilney.

Catherine, elle, se montre plutôt niaise et sotte. On peut adorer un personnage plein de défauts, preuve en est que j'ai adoré Emma, peste et égoïste pourtant. Mais Catherine a bien peu de personnalité, hormis celle qu'elle pense que devrait avoir un personnage de roman. En effet, Catherine ne vit qu'à travers les histoire qu'elle a lues. Comment réagirait une héroïne de ses romans gothiques dans telle ou telle situation, que se passerait-il dans un bon roman gothique à ce niveau de l'histoire ? Au point qu'elle a limite des hallucinations. En tout cas, elle se crée des situations qui n'existent pas, juste pour ressentir un peu d'adrénaline car il faut le dire, sa vie, et le monde dans lequel elle évolue en manquent cruellement.
Néanmoins, je me demande si Catherine ne serait pas le personnage le plus proche de Jane Austen, finalement. En effet, en tant qu'auteure, on peut imaginer que Jane a pu vivre ou penser souvent un peu comme elle.

Henry Tilney, le "héros" dans cette histoire m'a plutôt plu pourtant. Il est bien élevé et agréable, et se montre vraiment délicat, comme on aime les personnages masculins de Jane. Toutefois, je lui ai trouvé moins de caractère, moins de charisme qu'à un Darcy ou un Knightley. Dommage. Cela dit, il reste un personnage très sympa à suivre et on le laisserait bien nous faire la cour ;)

Ensuite, contrairement à la majorité des livres de Jane, Northanger Abbey est très très court, 288 pages seulement. De plus, la version que j'ai lue ici, éditée chez Flammarion Jeunesse, est en plus une version abrégée, dont le texte a été un peu modifié, afin de raccourcir certains chapitres. Cela a-t-il joué dans mon enthousiasme un peu moins prononcé ? Possible également, car cela a pu altérer quelque peu la plume de Jane. Encore une fois, c'est un peu dommage. Je ne suis pas persuadée que le texte d'origine était si compliqué qu'il nécessitait une réécriture quelconque pour convaincre le jeune public. Je me demande si la version d'origine aurait eu une saveur différente ? Pour le savoir, il faudra donc que j'opte, dans pas trop longtemps, pour une relecture de cette histoire, dans sa version intégrale.
Pourtant, je trouve très bien l'idée d'intéresser les plus jeunes à cette auteur magnifique, vers laquelle ils peuvent ne pas aller naturellement. (Comme ce fut d'ailleurs mon cas, bien que je n'étais pas du tout "jeune", lol, avant de rencontrer Meli, du Bazar de la Littérature, qui m'a fait découvrir la beauté et les merveilles de la plume Austenienne).
Dans tous les cas, je ne pense pas que débuter avec Northanger Abbey pour découvrir l'auteure soit une idée judicieuse. Quitte à "jeunessiser" (très joli Calissicisme, n'est-il pas, très cher ?) une de ses oeuvres, j'aurais opté pour Orgueil & Préjugés, qui est, à mon sens, celui avec lequel il faut absolument commencer, même s'il n'y a pas de chronologie spéciale dans les romans. Il me semble néanmoins, même si son épaisseur peut faire peur, le plus abordable et le plus touchant de tous. Celui qui fera de vous une Austen-addict.

Pour revenir à Northanger Abbey, l'histoire reste malheureusement un peu plate et survolée (évidemment, on ne creuse pas les choses autant en moins de 300 pages qu'en 600). Je ne peux pas dire que je m'y sois ennuyée, mais elle m'a clairement moins transportée. Il y a moins de choses à y découvrir, moins de rebondissements, avec des personnages moins passionnants.

En revanche, côté satire et ironie, on est vraiment très bien servis. Dès les premières lignes, on a le ton et déjà des clins d'oeil à d'autres personnages rencontrés dans les autres oeuvres. (c'est aussi pour ça que je ne conseille pas de commencer par celui-là). Northanger Abbey est très incisif, pour le coup. Jane donne ici encore un beau coup de pied dans la fourmillière de son époque. On la sent très bienveillante, et en même temps très rebelle par rapport aux codes qu'elle a du se voir imposer. Beaucoup de choses lui déplaisaient et elle ne se prive pas de nous montrer lesquelles !

Cet humour omniprésent m'a bien convaincue, et aidée à apprécier tout de même cette lecture. J'ai encore quelques romans à découvrir, et je ne sais pas à quelle "place" celui-ci figurera, pour l'instant, il est bon dernier, et pourtant, je suis tout de même positive à la fermeture du livre. Mais forcément, après deux coups de foudre, un 3/5 fait office de déception.

Je gage que cette petite déception est surtout liée à ce personnage principal dans lequel je n'ai pas reconnu la "patte de Jane". Catherine est loin d'être une rebelle. Certes c'est une jeune fille rêveuse, qui refuse d'arrêter de lire des romans sous pretexte que toute la bonne société les qualifie de sous-littérature, mais ça reste un peu léger, niveau rebellion. Pour le reste, elle m'a semblée trop soumise, trop cruche, je ne sais pas. Plutôt versatile niveau amitié, elle donne souvent raison au dernier qui a parlé. Ce n'est pas un trait de caractère que j'ai tendance à apprécier. Alors oui, Jane a crée un personnage qui ne m'a pas emballée. Et même si les personnages secondaires sont sympas, ils n'ont pas suffi à me faire oublier cette Catherine un peu coconne. Je n'ai pas eu d'affection pour elle et l'ai trouvée relativement sans saveur.

Je regarderai bientôt l'adaptation de ITV avec Felicity Jones dans le rôle de Catherine, en compagnie de ma comparse de lectures et visionnages Austeniens, Meli. Peut-être que cette adaptation me ravira davantage ? Nous verrons bien ! :)

En attendant, oui, je vous conseille Northanger Abbey si vous avez déjà lu (et aimé !) certains autres livres de Jane Austen, mais pas pour la découvrir. C'est un roman plutôt différent et qui n'est pas forcément représentatif de l'ensemble pour se forger une opinion générale en ne se basant que sur cette lecture.

Je félicite toutefois Flammarion d'avoir pris le parti d'intéresser les plus jeunes à ces oeuvres presque "classiques" de la littérature anglaise, et de lui avoir offert un petit vent de fraîcheur avec cette couverture adorable qui, j'en suis sûre, en convaincra plus d'un, comme ce fut mon cas. Je souhaite néanmoins qu'ils n'en restent pas à cette seule oeuvre, et puissent proposer à la jeunesse d'autres titres de Jane Austen. Peut-être sans forcément les abréger ? Je n'en vois en effet pas la nécessité. Mais il est vrai que je ne suis plus une ado depuis longtemps ! :)

Venez nous rejoindre parmi les fans !

J'ai fait cette lecture en compagnie de ma trinomette Lydie, qui nous livrera bientôt son avis, mais le livre est si court que nous n'avions pas jugé bon d'en faire un découpage, et du coup, on ne l'a pas terminé en même temps. Mais je vous livrerai bien sûr sa chronique dès qu'elle sera disponible.

Cali