dans les veines Résumé 

La canicule enflamme tes nuits bordelaises. Une bande de camés dévaste un supermarché. Et tandis que l'on repêche des cadavres exsangues dans la Garonne, des filles perdues poussent leur dernier soupir sur le son du Bathory, nouveau repaire de la faune nocturne. Chargé d'enquêter sur ces événements, le lieutenant Baron suit la trace de tueurs dégénérés avides de sexe, de drogue et de rock'n'roll, bien décidés à saigner la cité girondine. 
Vampires... Le mot, absurde, échauffe les esprits, sans que personne n'ose encore le prononcer. Et alors que l'investigation piétine, Lily, la propre fille de Baron, s'entiche de l'inquiétant Damian, pensant trouver dans cette passion toxique un remède à son mal-être. Si Dans les veines ne s'interdit rien, c'est pour mieux revenir à l'essence première du vampire : un être amoral, violent, à l'érotisme déviant. 
Le récit emprunte au cinéma gore son esthétique de la démesure, et se nourrit de la culture underground. Il redonne ainsi au mythe son sombre éclat et sa sulfureuse réputation, plus proche des univers de Poppy Z. Brite et d'Anne Rice que des romans de Stephenie Meyer...

 

  • DATE DE PARUTION : 05/09/12
  • EDITEUR : Mnémos
  • COLLECTION : Dédales
  • PRÉSENTATION : Broché
  • NB. DE PAGES : 312 pages

 

 

 

 

3 sur 5

Moyen. Mieux en deuxième partie, mais l'impression globale de ne pas avoir été franchement passionnée.

 

Bon bon bon. J'avais acheté ce livre en salon (il y a un bon moment maintenant) pas parce qu'il m'attirait outre mesure, mais parce qu'on me l'avait grandement conseillé. Entre temps j'ai encore lu de super bons avis dessus. Et vous me l'avez fait sortir de ma PAL en novembre, quand il a été question de constituer ma PAL urgente.

Je dois dire que j'avais un peu peur de le commencer. Déjà je n'aime pas du tout (du tout !) la couverture. Elle remplit bien son rôle je pense, et même je dirais qu'elle correspond bien au contenu du roman. Mais, rien à faire, elle ne correspond pas du tout à mes goûts esthétiques. Mais bref, ça fait un moment qu'on sait qu'on ne doit pas juger un livre à sa couverture, alors je me suis quand même lancée.

Alors les points positifs du livre, clairement, c'est qu'on a du vampire, du vrai. Pas du Twilight. Ce roman n'a rien d'un gentillet livre de bit-lit (oui, pour moi c'est un gros avantage !)

Il parle crûment (très). Sans tabou, sans édulcorant. Il y a du sang, beaucoup, des tripes, beaucoup aussi, et des boyaux. Ca se décapite et se déchiquète à tour de bras, et les gentils papas flics violent tranquilou leur adolescente tout en paraissant des personnes foncièrement bonnes. Bref, ce livre n'est pas pour les chochottes ! Je veux dire, si tu t'évanouis en lisant que quelqu'un saigne du nez, clairement, tu passes ton chemin.

Bon, mais quand on est, comme moi, de grands amateurs d'hémoglobine, lisant de l'horreur depuis longtemps, et particulièrement porté sur les zombies, ça fait partie des bons points. Même si je me suis souvent dit que l'ouvrage était très vulgaire et souvent gratuitement, ça collait plutôt bien aux persos, finalement.

 

De plus, Morgane Caussarieu a un style plutôt cool, pour ne pas dire agréable (bien que je trouve ce qualificatif assez déplacé vu ce qu'elle raconte, lol), et ça se lit plutôt bien. J'ai quand même buté par moment, quand la narration prenait vraiment trop le ton du personnage dont elle racontait le point de vue. C'est sûrement un effet de style, mais je ne l'ai pas trouvé très réussi. Pour moi, les persos s'expriment dans les dialogues, et le narrateur dans la narration. Alors si la narration change perpetuellement de style, ça devient compliqué.

En revanche, j'ai trouvé ça loooooong !! La mise en page n'aide pas ; c'est écrit tout petit, tout serré, pas très aéré, marges étroites, des chapitres pas forcément marqués avec beaucoup d'évidence... 8 jours pour lire 312 pages, c'est un signe... La première moitié m'a vraiment fait bugguer, je me demandais si j'allais savoir lire jusqu'au bout, je lisais pour lire et pas du tout par réel intérêt. Et puis, encouragée sur Facebook, j'ai poursuivi, et c'est vrai que c'était un petit peu mieux en deuxième partie. Et beaucoup mieux sur la fin, quand tout se précipite et qu'on comprend qu'on n'aura pas de happy end ^^.

Et puis, je n'ai tout simplement pas été transportée. Les personnages ne m'ont fait ni chaud ni froid, ne m'ont rien fait ressentir. Je ne les ai pas aimés, ni détestés d'ailleurs, comme on peut aimer détester un méchant. En ce qui me concerne, ils pouvaient bien tous mourir que ça ne m'aurait pas fait broncher. D'ailleurs, petit conseil, vaut quand même mieux pas trop s'y attacher, aux personnages, car Morgane ne fait pas dans la dentelle avec eux !

Et je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt pour l'histoire. Certes ça m'a fait plaisir de ne pas lire du vampire "gnangnan fleur-bleue", mais à part ça, l'histoire n'était pas d'une très grande originalité. L'impression de lire du gore pour du gore. Que les scènes ont été pensées pour être les plus choquantes possibles, au détriment d'une trame vraiment intéressante. Et c'est là que ça m'a posé problème je pense. Le gore j'adore, mais j'aime encore plus pouvoir déceler quelque chose derrière. Une histoire plus profonde rendue encore plus époustouflante par l'horreur du reste.

Ce ne fut pas le cas avec Dans les veines, et j'avoue ne pas avoir pris un plaisir monstrueux à le lire, même si ce ne fut pas négatif ou désagréable.

Je ne sais pas pourquoi il a eu tant de succès auprès des blogueurs, les coups de coeur furent nombreux, on m'a même dit que c'était le meilleur livre de vampires qu'ils aient jamais lu ! Ben oui, il est bien, mais personnellement, je n'en suis pas là, loin de là. J'ai lu des histoires de vampires proches du vrai vampire d'origine, beaucoup beaucoup plus intéressantes. Parce qu'à côté de leur cruauté, ils avaient autre chose à offrir, et se montraient capables de nous proposer une vraie aventure passionnante, gore et sanguinolente quand il le fallait, mais avec des choses à côté !

 

Alors voilà, pour moi, ce livre ne restera pas gravé dans ma mémoire. Je me rappellerai sûrement que c'est un livre que ma fille ne doit pas lire avant un moment, bien crade, parfois un peu choc, qu'il s'agit de vampires bien cruels, sanguinaires, sans aucun état d'âme ou presque, que c'est un livre adulte, avec des persos adultes ayant quitté le lycée depuis longtemps (majoritairement en tout cas), et qu'à la fin, il ne reste plus grand monde. Mais ce qui fait qu'un livre me reste en tête longtemps en général, c'est ce qu'il m'a fait ressentir, comment j'ai été hapée, entraînée par un flot de sensations. Et de ce côté-là, avec Dans les veines, c'est un peu le flop.

 

Bon, je me rends compte que ma chronique paraît vachement négative pour un 3/5, mais il ne faut pas non plus penser que c'est un mauvais livre. J'ai lu des choses vraiment mauvaises, et je ne saurais pas mettre une note plus basse à Dans les veines, sachant que son seul défaut, si je puis dire, c'est que je n'ai pas eu le "feeling" avec lui. C'est sûrement autant de ma faute que de la sienne, lol. Il me mérite pas du tout un tollé !

Alors et vous, vous faites partie de ceux qui l'ont adoré ? Racontez-moi pourquoi ! :)

Cali