orgueil et préjugés et zombiesRésumé


Pour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l'arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine: enfin, des cœurs à prendre, et des bras supplémentaires pour repousser les zombies qui prolifèrent dans la région ! Mais le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d'Elizabeth, et son ardeur au combat ? Les innommables auront-ils raison de l'entraînement des demoiselles Bennet? Les sœurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane? Surtout, le chef-d'œuvre de Jane Austen peut-il survivre à une attaque de morts-vivants ?

 



Date de parution : 28/10/09
Editeur : Flammarion
Présentation : Broché
Nb. de pages : 316 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

4 sur 5

Un drôle de mélange qui prend... plus ou moins bien...

 

Il y a quelques mois, je participais au swap zombie organisé par Elo-dit. Une idée vraiment excellente à laquelle je n'aurais résisté pour rien au monde (vous connaissez mon amour pour les mort-vivants...)

Ma binomette pour ce swap, Péléane, m'avait choisi le livre Orgueil et préjugés et zombies. Glorieuse décision (d'ailleurs, je lui avais pris le même !! Héhé !) quand on sait que non contente d'aduler les zombies, j'ai également eu un gros coup de coeur lors de la lecture de ma première oeuvre de Jane Austen en aout dernier, en découvrant Orgueil et préjugés en la délicate compagnie de ma Méli-jolie.

Donc, un genre que j'idolâtre couplé à une oeuvre qui m'a fait vibrer, comment résister plus longtemps ?

Bon, grosso modo, le mélange est pour le moins curieux, l'angleterre du début du XIXème siècle envahie par les zombies ? Les amours romantiques de Jane et Bingley ou d'Elizabeth et Darcy troublés par des combats contre les mort-vivants fraîchement sortis de terre ?

Assez improbable comme couplage... Et pourtant, l'idée m'avait séduite au plus haut point, et je pensais lire une parodie fun et décalée d'O&P.

En fait, non, pas vraiment. J'en ressors assez déçue sur ce plan-là. J'ai pu esquisser un sourire de temps à autre, mais vraiment sans plus. Une parodie pas drôle ?

J'avoue que j'ai trouvé que le mélange des genres se faisait assez difficilement. John Graham-Smith a tellement bien collé (pour la majorité des points de l'intrigue) à l'oeuvre originale, que les zombies passent vraiment au plan secondaire. Du moins c'est ce que j'ai ressenti. J'ai plus eu l'impression de lire une version abrégée d'O&P qu'un livre sur les zombies.

Il y en a évidemment, par milliers même, et cela engendre certains détails qui divergent de l'oeuvre originale, fatalement, mais tout reste tellement proche de ce qu'écrivit Jane Austen, qu'entre deux, on oublie vraiment qu'on est censé craindre l'attaque des mort-vivants !! Et ça, ça m'a gênée, j'aurais vraiment voulu que le mélange se fasse plus naturellement, qu'on intègre l'invasion zombie tout le temps au fil de l'histoire...

 

Bon, pour autant, j'ai de toute façon été très heureuse de retourner à Pemberley, et d'y revoir notre cher Darcy, car j'ai eu tout le loisir de le visualiser sous les traits de mon interprête préféré, à savoir le so sexy Colin Firth, ainsi que sa partenaire idéale Jennifer Ehle. Et ça m'a vraiment procuré un plaisir fou que de replonger dans ce récit, et revivre les aventures sentimentales de nos héroïnes les soeurs Benett.

Malgré tout, l'introduction des zombies dans cet univers (somme toute plutôt très calme et romantique) amène une ou deux scènes assez mémorables, qui nous vengent un peu du côté trop poli et pas du tout violent de l'oeuvre originale. Genre, le combat d'Elizabeth avec la vieille Catherine de Bourgh quoi. EPIC ! Le bien que ça fait !! :D Le sort reservé à Collins (le cousin neuneu) est accueilli avec joie également :D

Bon, mais à part ça, voilà, la sauce n'a pas complètement pris pour moi, et cette chronique doit 90% de sa très bonne note au plaisir de lire Jane Austen à nouveau et de retrouver des personnages qui m'avaient tant charmée, même s'ils sont quelque peu différents.

Seth Graham-Smith a fourni des efforts évidents pour ne pas trop s'éloigner des personnages de base, mais Lizzie passe quand même d'une jeune fille très bien comme il faut, même si elle était un petit peu rebelle pour l'époque, en guerrière accomplie, pourfendeuse de mort-vivants reconnue dans l'ensemble de la communauté, qui bouffe les coeurs de ceux qu'elle tue sans états d'âme... Forcément, quelque part, on a un petit peu de mal à la reconnaître.

Et la vieille de Burgh en ninja qui prend part à des combats digne de Matrix, c'était un peu hardos à avaler aussi, lol.


Mais bon, on sent bien que ce n'est pas non plus un livre qui se prend très au sérieux, qui ne cherche pas à être dans le crédible de toute façon, donc, quelque part, ce n'est pas si gênant.


Non, définitivement, ce qui m'aura gênée, c'est que l'auteur ne soit pas allé au bout des choses concernant le côté zombies, on le sent un peu perdu entre son concept et la volonté de ne pas trop abimer un classique de la littérature anglaise, pour lequel il semble avoir un profond respect. Je crois sincèrement qu'il aurait dû aller plus loin et intégrer de manière plus subtile les zombies dans l'ensemble du récit, et pas se contenter d'en parler entre deux paragraphes la majorité du temps. C'est bien dommage.

Cela dit, c'est une lecture très distrayante, que j'ai parcourue avec beaucoup de plaisir, forcément, mélangeant deux éléments que j'adore, il ne pouvait en être autrement.
Je conseille cette lecture davantage aux fans de Jane Austen qui ont envie de lire tout ce qui peut se rapporter de près ou de loin à son oeuvre, qu'aux fans de zombies qui pourraient s'y ennuyer.
Par contre, si comme moi il y a des fans des deux, allez-y les yeux fermés, ce roman vous fera de toute façon passer un bon moment !

 

Mention spéciale à la couverture sur laquelle j'avais flashé au premier coup d'oeil et dont je ne me suis absolument pas lassée :)

 

Cali