le veilleur

 

Résumé :

Des adolescents qui ne se connaissent pas, se réveillent ensemble dans une étrange propriété. Leurs ravisseurs leur apprendront bientôt qu ils sont là pour développer leurs pouvoirs de mutants au sein de cette école qu ils nomment la Fondation Deus.

 

 



Broché: 298 pages
Editeur : AIRVEY éditions (5 novembre 2009)
Collection : FANTASTIQUE
Langue : Français

 

 

 

 

 

2 sur 5

Ce fut mignon, mais.... (mais beaucoup de "mais"...)

 

Comment dire...

C'était pas vilain hein, ni illisible, ni une corvée, mais... (voilà, je crois que le mot d'ordre de cette chronique va être "mais"...)

Déjà, c'était beaucoup, beaucoup plus jeunesse que ce à quoi je m'attendais. Et c'est dommage parce que malgré tous mes efforts, j'ai du coup eu pas mal de mal à me mettre dans l'ambiance. En me rendant compte que j'avais fait fausse route dans mes attentes pour ce livre, j'ai essayé tout du long d'enfiler ma cape de petite fille de 8-10 ans, ce que je sais normalement très bien faire, mais là... je ne sais pas, c'est comme si elle était subitement devenue trop petite... Elle ne tenait pas, elle glissait, j'étais serrée, pas à l'aise. Bref, pas bien dans mon roman. Est-ce que j'ai trouvé que c'était "trop jeunesse" pour de la jeunesse, est-ce que j'ai définitivement vieilli ? Est-ce que ce n'était simplement pas le moment ? Pfff, difficile à dire...

Ce n'est pas mal écrit, mais ça m'a semblé quand même souvent un peu maladroit, dans les dialogues notamment, j'ai trouvé que ça ne collait pas trop à des petits loulous de 10-11 ans, je ne sais pas pourquoi. Et dans la narration, j'ai retrouvé ce défaut sur lequel je bloque parfois sur certain romans enfantins, tout va un peu vite, tout est accepté un peu trop facilement, surtout l'inacceptable. On manque d'explications, on manque de détails, on manque d'historique, on manque de sensations... Bref, j'ai trouvé que tout était un peu trop survolé (mais pas de manière dramatique non plus.)

J'ai été hyper déçue de ressentir ça, après que Crouton m'en a tant parlé, et l'a tant aimé, je voulais vraiment l'aimer aussi, et me sentir aussi enthousiaste que lui face à cette lecture. Du coup, dégringolade un peu pour moi :/

Mais vraiment le gros point qui m'a pour de bon empêchée d'apprécier plus ma lecture : une méga impression de déjà-vu. Oui parce que Le veilleur, ça aura été quoi pour moi, au final ? De quoi vais-je me rappeler dans un mois, ou un an ?

Eh bien, je dirais que ce fut un joyeux mélange entre un pré Harry Potter, mêlé à un X-Men junior, avec un chouilla de Percy Jackson. Bon, avec une grosse grosse grosse influence potterienne particulièrement hein. Enormément de détails m'ont ramenée à l'univers crée par J.K Rowling... L'école, plus qu'une école, un pensionnat même, où les enfants apprennent à maîtriser leurs pouvoirs (bon, pouvoirs de mutants ici, voilà pourquoi je parlais de X-Men). Ils sont séparés en groupes qui pourraient rappeler les maisons, avec des professeurs qui rappellent énormément Poudlard... Potter, Chourrave, Mc Gonagall, ou Rogue. J'ai même visualisé tout du long Erago, le professeur principal de l'école, avec le visage de Dumbledore, Serber en Rogue, Sybille en un drôle de mélange entre une très jeune Sybille Trelawney et Luna Lovegood...

Les évènements peuvent ressembler aussi de façon plus ou moins évidente (le livre trouvé, écrit par d'anciens élèves, les duels de pouvoirs entre élèves...) , mais en tout cas, j'ai pas mal soufflé en me disant "mince mais j'ai déjà vu, ça..." et j'avoue, ça m'a complètement gâché ma lecture.

Parce qu'encore si ça avait été magnifiquement écrit/amené/conté, j'aurais peut-être retrouvé cette sensation merveilleuse de lors de ma découverte de la saga Harry Potter, mais n'est pas Rowling qui veut... Je ne souhaite pas dénigrer l'écriture de Mr Francisco, mais bon... On n'est pas du tout sur le même plan, là. J'ai toujours trouvé que classer Harry Potter en jeunesse était un peu réducteur. Eh bien disons que Le veilleur pourrait être la version Junior de Harry Potter. Plus simple, moins dense, moins sensationnel, moins effrayant, plus soft...

Et donc, personnellement, je n'ai pas vraiment accroché. Je l'ai néanmoins lu vite, et sans difficulté, et le moment fut relativement distrayant, mais voilà, on est assez loin de l'euphorie hystérique du Crouton, là quand même... Bref, je suis un peu déçue. Et triste aussi parce que j'aurais vraiment voulu aimer ce livre qu'il m'a offert, qu'il avait insisté pour que je lise en 2013 en le mettant dans mon challenge des 20 livres imposés, et bouh... :(

Cela dit, je donne un gros bon point pour l'esthétique du livre. D'abord l'illustration de la couverture est plutôt sympa, du moins pour ce tome 1, ensuite chaque chapitre démarre sur une petite enluminure qui donne un très joli style, c'est très bien corrigé, rien ne m'a sauté à la figure, et il est dans un format très confortable pour la lecture. Tout ça c'est très très bien, bravo :)

 

Je ne garderai certainement pas un souvenir impérissable de ce livre, mais je pense qu'il plaira à un public particulièrement jeune, vers 9-10 ans, un premier vrai roman pour eux qui devrait sans difficulté les embarquer dans un univers merveilleux. En revanche pour les fans d'Harry Potter, je dirais que le pari est plus risqué. Cela dit, pas impossible non plus, puisque le plus grand fan que je connaisse se trouve justement être sieur Crouton, qui lui a vraiment adoré Le Veilleur. Comme quoi... Y a pas de règle !

Il ne vous reste plus qu'à vous faire votre propre avis sur cette lecture. En ce qui me concerne, à moins de tomber dessus par hasard, je doute de chercher avec ferveur le tome suivant, mais... pourquoi pas, à l'occasion.

 

Cali