La symphonie des abysses 

Résumé


L'Anneau, cet immense atoll avec en son centre le Cercle - une étendue d'eau de mer parfaitement circulaire - est cerné par le Mur, une haute barrière d'une trentaine de mètres, électrifiée, infranchissable. Sous son ombre, des hommes et des femmes vivent là, répartis dans des villes et villages si éloignés les uns des autres qu'ils ont oublié leurs existences respectives. Un point commun relie pourtant ces différentes communautés : le Règlement Intérieur et son code ultra restrictif.
Trois personnages principaux : Abrielle, Sa et Ca. Trois destins différents qui vont finir par se croiser pour composer la mystérieuse Symphonie des Abysses. Abrielle est une réminiscente. Elle porte en elle des mélodies et des chants dans un village où la musique est strictement prohibée, où la pratiquer est devenu un crime. Jusqu'au jour où elle entend un chant qui vient des profondeurs de la mer : la Symphonie des Abysses.
C'est pour cette raison qu'elle devra tout quitter et laisser derrière elle les seuls repères de son existence... Quant à Sa et Ca, deux Neutres, ni hommes ni femmes, ils s'aiment dans une ville où les sentiments sont interdits. Deux futurs hommes qui vont devoir fuir leur quotidien afin de devenir les adultes qu'ils veulent être. Tous les trois finiront par se retrouver afin de construire leur identité et changer le destin de l'Anneau, grâce à la Symphonie des Abysses...



Date de parution : 13/02/14
Editeur : Robert Laffont
Collection : R

Nombre de pages : 457

 

 

 

3 sur 5

Une lecture fluide et agréable, mais qui n'est pas parvenue à m'embarquer totalement. Un gros mieux cependant en seconde partie.

 

Comme à chaque fois que la Collection R propose un nouveau livre, je me jette dessus comme une affamée, pleine d'espoirs et d'attentes, d'envies d'évasion et de me sentir happée dans une histoire simple, mais super prenante. Des fois ça marche, des fois moins, des fois pas du tout.

Qu'en est-il pour La symphonie des Abysses ?

Ca commençait plutôt très bien. La plume de Carina Rozenfeld coule toute seule, ça se lit vite, et le décor (un peu comme dans La plage, le film avec Di Caprio) m'avait super emballée.

C'est ensuite retombé un peu comme un soufflé dans le courant de la première partie. Je me sentais très en dehors de l'histoire, ne parvenant pas totalement à rentrer dedans, à me connecter avec les personnages, à saisir les tenants et les aboutissants de l'histoire. J'avais même un peu l'impression de tourner en rond. Le concept me semblait partir d'un élément bien insignifiant (l'héroïne se retrouve quand même à fuir le village dans lequel elle est enfermée depuis sa naissance, juste pour s'être fait pincer à fredonner, finalement... C'est chaud lol) Bref, il me manquait quelque chose pour être vraiment dedans, ce "petit truc" qui fait qu'on peut vraiment croire en ce qu'on lit, même dans un univers totalement loufoque/inventé/irréel/fantastique.

Et puis j'ai commencé la seconde partie. L'arrivée des adorables Ca et Sa, des petits personnages de genre "neutre" (ce qui entraine des pronoms assez rigolos pour rester dans le neutre, iel pour "il, elle", celuiel pour "celui, celle", etc, que j'ai personnellement trouvés assez fun). Leur relation est très touchante, ils sont mignons comme tout, je les ai pris en affection, voire en pitié par moments, et j'avoue que j'ai été plus proche d'eux que de l'héroïne du début (qu'on retrouve après) : Abrielle/Aby. J'ai donc lu plus vite la seconde partie que la première.

Mais globalement, il m'a quand même fallu 1 semaine pour avaler les 457 pages de ce roman, ce qui me laisse à penser que même si j'ai apprécié ma lecture, il m'a quand même manqué quelque chose pour être vraiment convaincue.

Mais je dois dire qu'avec cette seconde partie, qui m'a apporté quelques surprises, et beaucoup plus d'émotions et d'attachement, et avec les découvertes de la fin, j'ai envie de savoir ce qui va se passer dans le tome 2, qui a de bonnes chances de me plaire davantage. Pour ce premier opus, je reste donc, à cause de la première partie notamment, positive, mais un peu sur la réserve. J'attends de voir la suite en espérant accrocher définitivement.

Dans le détail :

- La couverture : Ce n'est pas celle de la collection qui retiendra le plus mon attention, mais elle me plaît malgré tout. Jolie, douce, et elle plante bien le décor du livre. Correcte donc :)

- Le style : J'ai plutôt bien adhéré. C'est le premier livre de Carina Rozenfeld que je lis, et elle ne m'a pas déçue. Comme il se doit dans la Collection R, c'est simple (ça reste du young-adult bien sûr) mais c'est de bonne qualité. C'est fluide, facile, évident. La bonne surprise ? Pas de présent, et pas de première personne du singulier. Le récit est au passé simple et à la troisième personne, ce qui le rend à mes yeux bien plus qualitatif.

- L'histoire : Elle aurait pu être vraiment géniale et prenante. Pour ce premier tome, elle se contente juste d'être sympathique. Pour moi, il manque un peu d'aprofondissement, de recherches dans les causes qui produisent les effets, pour être suffisamment crédible et embarquer le lecteur complètement. Cela étant, malgré ce petit côté "il manque un truc", et le fait que je me sois sentie assez en dehors de l'histoire et de ses personnages (du moins dans la première partie) je ne peux pas dire qu'elle soit mauvaise, ou que je n'aie vraiment pas aimé. J'ai apprécié, mais sans plus, et j'ai du coup été un peu longue à le lire. L'intérêt revient cependant avec la seconde partie, et aiguise l'appétit quant au tome 2. J'attends donc de voir ce que l'auteur a fait de ce second tome pour avoir un avis définitif.

- Les personnages : Comme pour l'histoire, en première partie, je ne peux pas dire que j'aie sauté au plafond. Je ne me suis pas attachée à l'héroïne, Aby, ni aux personnages secondaires. Pas de raison particulière, je me sentais juste trop éloignée d'elle pour l'adopter complètement. En revanche, en seconde partie, l'arrivée des deux jeunes neutres a un peu changé la donne, car je les ai vraiment beaucoup aimés, je les ai trouvés vraiment touchants. Cahill et Sand (ainsi que leur culture, d'ailleurs) resteront ma très bonne surprise pour cette lecture.

- L'édition : Rien à redire, ce livre est sur le modèle de l'ensemble de la collection R. Des chapitres plutôt courts, un texte bien aéré, une police assez grande, qui rendent la lecture très confortable. L'objet-livre est solide et agréable, avec une couverture soignée, tant au niveau esthétique qu'au toucher, c'est un livre de belle qualité.
Correction de qualité également, je n'ai trouvé que très peu de coquilles, le texte a été soigné comme le reste, rien à redire :)

En résumé, je recommanderais (du moins tant que je n'ai pas lu le second tome) cette lecture à un public peut-être un peu plus jeune que moi, et/ou qui ne cherche pas trop la profondeur dans ses lectures. Je pense que ce qui m'a un peu gênée dans la première partie pour me laisser vraiment emballer, peut très bien ne pas du tout toucher un autre lecteur. A tenter donc, car malgré quelques réticences, je reste sur un avis assez positif tout de même. C'est une bonne lecture pour se détendre, je pense qu'on va aller vers un genre dystopique (mais nous n'en serons sûrs que lorsque nous comprendrons comment cette population en est arrivée à la situation du début du livre, et c'est une explication qui ne nous est pas encore livrée dans le tome 1).
Bref, ce livre ne sera pas pour vous une déception, ça, j'en suis presque sûre, la question est plutôt : jusqu'à quel point cette lecture vous emballera-t-elle ?

Cali