La dernière terre T2Résumé

Dans les Cinq Territoires, les saisons débutent un autre cycle et à nouveau, la Grande Relève en marquera l’amorce.

Renvoyé vers son pays d’origine de façon arbitraire, Cahir, rongé par l’amertume et hanté par ses souvenirs, tente de retrouver sa place parmi les siens. Tandis que, dans la cité-capitale, l’on a préféré effacer toute trace du drame pour mieux l’oublier, certaines culpabilités, quoique silencieuses encore, commencent à peser lourd.

Derrière les murs inébranlables de la tour du Nolath, l’Igilh reçoit un message glaçant en provenance des Plaines de Tilh. Il lui faut prendre une réelle décision. De celles qui, dépendantes d’un seul homme, peuvent déterminer pourtant le devenir de chacun.

 



 Date de parution : 16/04/13
Editeur : Homme Sans Nom Editions de l'
Présentation : Broché
Nb. de pages : 470 pages

 

 

 

 

 

5 sur 5

A la hauteur du premier tome. Un tout petit peu plus d'action et nous tiendrons un coup de coeur, pour ma part !

 

Une nouvelle fois, j'ai frôlé le coup de coeur pour ce second tome de La dernière Terre, écrit par Magali Villeneuve. Une nouvelle fois, c'est son écriture absolument divine qui équilibre son petit point faible, selon moi, qui serait peut-être un petit manque d'action, de bouleversements. Il y en a, certes, mais je n'aurais pas été contre un chouïa de plus. Je dirais qu'on est exactement au niveau du premier tome. Mais n'étant plus dans le tome d'introduction, ça m'a un poil plus gênée dans celui-ci.
Cela dit, rien de dramatique, et en tout cas, rien qui ne puisse être contrebalancé par la plume magistrale de Magali. Nous suivons de toute façon l'aventure de notre petite équipe avec passion, tant ses mots sont choisis avec le plus grand soin. On sent un tel travail, une telle attention portée à la moindre conjonction, la moindre virgule, pour un résultat final qui nous transporte littéralement sur les cinq territoires, voire même au-delà, dans les brumes mystérieuses qui bordent les remparts de leur monde.

J'ai pourtant mis le temps à lire ce roman, mais à aucun moment je n'ai trouvé le temps long. Chaque passage est à sa place, a son utilité, et nous rend accro. J'ai trouvé que c'était un livre exigeant, et c'est une excellente chose. La qualité est vraiment au rendez-vous, aucun doute là dessus, le travail ne nous est pas mâché comme c'est souvent le cas dans la littérature d'aujourd'hui. On doit être concentré pour tout comprendre, tout intégrer, et c'est un plaisir de lecture qu'on a tendance à oublier, une merveilleuse sensation que de se donner à son livre entièrement, un loisir que les éditeurs ont tendance à nous bouder aujourd'hui, en publiant des oeuvres parfois bien fades, assez insipides, trop faciles, prémâchées. La dernière Terre, qu'il s'agisse du tome 1 ou 2, ou même les autres oeuvres publiées par L'Homme Sans Nom, nous rendent enfin ce délicieux sentiment. Cet éditeur a désormais définitivement gagné toute ma confiance en ses choix littéraires. Ses auteurs assurent et ses livres sont vraiment des bijoux !

Des personnages travaillés, approfondis, avec une vraie psychologie, une vraie personnalité, un décor décrit avec maestria, on s'y croirait.Les informations sont distillées avec précision, quand elles sont nécessaires, sans rien enlever au besoin de laisser travailler esprit et imagination pour visualiser l'ensemble, l'équilibre est juste parfait. Tout est judicieusement dosé, encore une fois, on sent tout le travail réalisé par l'auteur pour nous fournir un vrai livre, une vraie histoire, quelque chose qui nous fasse à la fois rêver, et qui se déroule sous nos yeux comme un film,  C'est exactement tout ce que j'attends d'un roman, ce dosage méticuleux qui nous permet de nous évader sans nous prendre pour des arriérés incapables de penser, d'imaginer.

Avec le premier tome, j'avais avoué avoir eu un faible pour Ghent, le placide arpenteur des basses terres. Son self-control, et ses bonnes manières m'avaient plutôt séduite, contrairement à la majorité des lecteurs qui s'était éprise du ténébreux et imprévisible Cahir. Pour ce second volet, ce n'est toujours pas Cahir qui aura pris la tête de mon petit classement perso, mais Ghent s'est fait détrôner, je l'avoue. Féor, un paysan fraîchement débarqué en pays agrevin, a raflé mon coeur. Pour le coup, j'ai vraiment eu plus qu'un petit faible. Il me plaît ce mec. Sa répartie, son insouciance, son sens de l'humour, son insolence aussi un petit peu, tout m'a plu, notamment ses répliques d'anthologie avec le par ailleurs très respecté Nelgoth de Tilh. Il est le petit piment qui manquait encore dans ce lot déjà bien nanti pourtant de personnages très intéressants.

La dernière terre est envahie de créatures très désagréables et meurtrières, et ce deuxième tome est consacré à les pourchasser, par delà les limites du territoire connu par les habitants de cet univers. Cela apporte évidemment un certain lot d'action, et de dangers, mais j'aurais aimé subir un peu plus de pression durant ma lecture, me sentir un peu plus affolée, inquiète. Histoire de goût évidemment et ça n'enlève rien à toutes les autres qualités de ce roman. L'action est présente, mais ce n'est pas l'ingrédient principal dans les recettes de Magali. La psychologie et les personnages et leurs relations occupent le devant de la scène, c'est loin d'être désagréable, d'ailleurs.

 

Dans le détail :

Pour le style, les personnages et l'édition, je vous renvoie à ma chronique du premier tome, car mon avis n'a pas changé sur ces 3 points.

- La couverture : Une nouvelle fois, Alex Dinche signe une couverture magnifique, parfaitement dans la lignée de la première, et tout aussi somptueuse, une oeuvre de pro, très sincèrement, et so "fantasy", un régal pour les yeux ! Le soleil semble se lever sur le territoire de la dernière terre, comme l'aube d'une nouvelle ère. Et lorsqu'on a lu le contenu, on ne peut que la trouver parfaitement adaptée, cette superbe illustration !

 

- L'histoire : Tout aussi prenante que le premier tome. La plume y est peut-être pour beaucoup, mais la trame ne démérite pas. On sent très bien qu'il va y avoir encore beaucoup à apprendre des tomes suivants, et la fin de ce second tome nous laisse sur une envie vraiment très forte de connaître la suite. Nous venons de vivre une sacrée aventure, mais on sent qu'on est loin d'en avoir fini avec tout cela, nos persos n'ont pas fini de galérer !  Le voyage est loin d'être terminé, on se demande même s'il ne fait pas que commencer...

 

Bref, si j'avais le tome 3 là maintenant tout de suite, je crois que je l'attaquerais volontiers directement. Mais il va falloir attendre un peu :)

Je vous recommande chaudement ce tome, tout comme je vous recommandais le premier, mais j'avoue avoir une attente particulière pour le 3ème, j'aimerais qu'il y ait plus d'action, car je veux vraiment passer cette saga en "coup de coeur" ! J'ai l'impression d'en avoir terminé avec "l'intro", maintenant, j'ai besoin que ça bouge beaucoup plus, et je  pense que j'accuserai une légère déception si ce n'est pas le cas au 3ème. Je suis certaine que ça ne m'empêchera pas d'adorer si ça reste dans la même lignée, mais il me manquera quelque chose, à mon avis.

Lisez cette saga, découvrez Magali, aimez, et partagez cela, c'est une oeuvre qui vaut vraiment qu'on s'y arrête et qu'on lui consacre de notre temps, car elle a "tout d'une grande".

 

Cali