la dernière terreRésumé

 

Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles. Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre. Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux moeurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées.
Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres. Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?

 



Date de parution : 01/11/12
Editeur : Editions de l'Homme Sans Nom
Présentation : Broché
Nb. de pages : 480 pages

 

 

 

 

 

5 sur 5

A la vraiment extrême limite du coup de coeur, il ne m'a vraiment pas manqué grand chose.

En tout cas, une plume magistrale à découvrir absolument !

 

Par où vais-je commencer... J'ai mis plusieurs heures à me décider à écrire cette chronique, parce que les mots ne semblaient pas venir. Je veux vous montrer que j'ai vraiment adoré ce livre, et en même temps j'ai des choses à dire sur ce qui m'a moins plu, c'est hyper paradoxal.

Bref, attendez-vous à une chronique un peu bordélique... (Qui a dit "ça ne changera pas de d'habitude" ?! Faites gaffe hein, j'ai vos noms, là bas dans le fond !)

Alors !

Commençons par le principal, j'ai adoré ce roman fantasy, en particulier l'excellentissime plume de Magali Villeneuve qui, pour moi, porte ce livre dans le très fermé cercle des "déchire son slip niveau style" dès ce premier opus. Magali a une écriture extrêmement fluide tout en étant très recherchée, travaillée, dense, intense... Je n'aurais pas changé un seul minuscule bout de phrase dans tout le texte, et vous savez comme ça m'arrive rarement... Chaque mot est choisi, pesé, sous-pesé, comparé, pour être juste parfait à cet endroit-là. Et malgré cela (car cela pourrait rendre les choses bien peu naturelles) ça coule exactement comme les dialogues d'un film fantasy, facilement, de façon très fluide et sans aucun accroc... C'est comme le saumon fumé, ça passe tout seul. Par contre, la médaille a un revers, si vous êtes habitués aux livres "faciles" d'aujourd'hui, sachez que vous mettrez un peu plus longtemps à lire celui-ci. 480 pages de Magali Villeneuve, ça ne vaut pas 500 pages d'un young-adult, croyez-moi. Ca demande un minimum de concentration, c'est beaucoup plus dense et réfléchi, on ne lit pas 4 pages par minute. (bon c'est pas non plus un essai philosophique dont on ne voit jamais le bout hein, c'est super agréable à lire !)

Une histoire bien construite, des persos charismatiques, un talent certain pour raconter tout cela, et une ambiance un peu Game of thrones, tout y est pour emballer les lecteurs, même novices en matière de fantasy.
Certes au début, beaucoup de personnages et des noms pas forcément faciles à retenir, qui se ressemblent en plus un peu tous, je ne dis pas qu'on comprend tout dès la première ligne. Mais, et c'est là un des talents indéniables de l'auteure, on n'est pas perdu non plus. La hierarchie, les familles, on suit beaucoup de petites intriguettes qui se mettent en place autour de la principale, avec des noms qui nous sont totalement étrangers. Un auteur moins doué se serait, au pire, carrément emmelé les pinceaux dans son propre monde, au mieux aurait perdu son lecteur dans les méandres explicatifs pas nets. Magali, non. Magali explique exactement ce qu'il faut savoir pour ne pas perdre le fil, sans nous noyer sous une mutitude de détails qui non seulement ne nous auraient pas aidé à mieux comprendre, mais nous auraient carrément largué dans une brume qui ne se serait plus levée ensuite.

Alors on a la sensation que oui, c'est complexe, mais que ça va, qu'on gère à peu près les persos et leurs liens, plus ou moins, et que quand c'est moins, ça va venir, sans trop de problème.

Et puis on est tellement happé dans l'histoire, dans toutes les choses qu'il y a à découvrir dans cette mystérieuse cité d'albâtre aux cinq territoires, par les révélations qui arrivent, qu'au final, on ne s'en fait pas de risquer de confondre un haut-régent avec un haut-garde, un Solgar avec un Melgar, un arpenteur avec un haut-capitaine, un guiddire avec un agrevin, on sent qu'on sera vite ramené dans la bonne voie, et on se sent aidé, porté dans cet univers et non catapulté là sans explications, comme savent bien le faire certains auteurs.

Alors que m'a-t-il manqué pour faire de cet excellent roman un réel coup de coeur ? Vraiment peu de choses en vérité. Peut-être un chouïa plus d'action ? Il est vrai que ce tome me semble plus introductif, et je suis bien persuadée que j'aurai tout mon content d'action dans le suivant. Cela étant, c'est vraiment une excellente introduction, absolument ni trop longue, ni lassante et on se régale du début à la fin. Il m'a manqué peut-être aussi une réelle empathie, voire un sérieux "crush" pour l'un des personnages.

Au début de ma lecture, on m'avait dit qu'il y avait toutes les chances pour que Cahir, l'un de nos héros un peu sauvageon, un jeune homme ténébreux et mystérieux à souhaits, puisse supplanter dans mon coeur l'amour de ma vie littéraire (Artus, chez Rose Morte, une autre saga phare de l'éditeur). Eh bien, ce ne fut pas le cas. Je l'ai adoré, attention, mais sans avoir le petit pincement, celui dont on se demande comment il est possible de ressentir ça pour un personnage fictif lol. Pire même, rien que dans ce livre, je lui en ai préféré un autre, dès le début, et mon avis n'a pas changé en cours de lecture. En effet, je me sens plus d'affinités avec le caractère droit et fidèle de Ghent. (décidément, je ne kiffe jamais les mêmes que les autres lecteurs, déjà dans Rose Morte, nous étions peu nombreuses à préférer Artus à son frère Adelphe... :p ) Cela étant, chaque personnage est parfaitement construit, très intéressant, bien démarqué des autres au niveau du caractère, il y en a forcément au moins un dans le lot qui vous fera un minimum craquer.
Mais bouh, pas de big love pour moi pour cette fois. Mais là encore, je pense que ça pourrait venir avec le tome 2, je n'abandonne donc pas ^^.

J'ai trouvé toutes les idées de Magali fort judicieuses, dans la construction de son univers, de ses personnages, dans la poursuite de l'intrigue, je n'aurais rien aimé de différent, ce livre m'a plu exactement comme il est.

(Oui je sais, comme d'habitude, je ne révèle pratiquement rien de l'histoire, ça devient ma marque de fabrique, mes chroniques, faut les lire deux fois, une fois avant de lire le livre, et re une fois après, pour la comprendre :p lol)

 

 

Et si nous passions aux détails ?

 

- La couverture : Sublime ! Je ne suis pas forcément fan des couvertures très orientées fantasy pourtant d'habitude, mais alors je dois dire que cette illustration ne m'a pas quittée de toute la lecture, ainsi que celles qu'on peut trouver à l'intérieur. C'est Alexandre Dinche qui l'a réalisée et j'aime vraiment beaucoup sa "patte". Très sûre, très pro, très visuelle, et super super esthétique. Bref, bravo pour cette couverture, à l'illustrateur ainsi qu'à l'éditeur qui l'a validée, parce que c'est vraiment un excellent choix pour attirer le lecteur, elle est juste splendide.

- Le style : Une merveille !! Il nous entraîne dans un univers pour lequel il est parfaitement adpaté. Une vie un peu médiévale, avec ses pauvres et sa noblesse, mais un grand respect du langage qu'on s'imaginerait utiliser. C'est beau, c'est raffiné, c'est travaillé, c'est pur bonheur. Là j'avoue, c'est THE gros point fort pour moi, j'espère lire autre chose de Magali parce que si je dois mettre un "coup de coeur" quelque part, c'est au moins pour son écriture délicieuse.

- Les personnages : Comme je le disais, je ne suis pas tombée amoureuse dans ce livre. Mais peu importe, tous les personnages n'en restent pas moins hyper intéressants, certains attachants, certains mystérieux, d'autres un peu détestables. Chacun son histoire, chacun sa personnalité...Je les ai tous apprécié pour leur historique, leur caractère, leur individualité. Magali n'a fait que de bons choix pour ses persos qui sont tous vraiment agréables à suivre.

Et dans le prochain tome, m'est avis que la bataille Cahir / Ghent pour toucher mon coeur va reprendre de plus belle ;)

- L'histoire : Introductive mais pas moins passionnante pour autant, beaucoup de bases à découvrir, d'intrigues à poser, de mystères à jalonner. On n'est pas au summum de l'action mais ça ne change rien à la frénésie avec laquelle on tourne les pages. Et j'ai d'ores et déjà super hâte de trouver un boulot rien que pour m'offrir le tome 2 et savoir ce qui va se passer maintenant pour nos personnages, que j'avoue avoir du mal à quitter. J'ai particulièrement apprécié la première annexe, qui conte un bout de l'histoire sur lequel on se pose pas mal de question durant la lecture, et c'est un soulagement de savoir, vraiment.

Une fantasy pas trop dark, comme je les aime, accessible aux afficionados comme aux novices, Un monde à la hierarchie construite, travaillée, aux moeurs détaillées, aux décors imposants qui peuvent paraître à la fois sombres et lumineux, très bizarrement. On sait qu'on a encore bien des choses à découvrir et des secrets à élucider, et c'est vraiment super de savoir que ce n'est pas fini, et qu'on retrouvera ce petit monde dès que possible.

- L'édition : Rien à redire, 4ème ouvrage de chez L'homme sans nom que je lis, 4ème grosse grosse réussite. La qualité littéraire est vraiment évidente (purée, faudrait vraiment être difficile pour ne pas l'avouer !), l'objet-livre est magnifique, c'est un plaisir sans nom que de l'avoir entre les mains et de lire ligne après ligne sans relever une faute, d'orthographe ou de style, tout y est parfait. (je crois bien n'avoir vu qu'une lettre manquante sur 480 pages de texte, franchement, chapeau pour le score !)

 

En résumé, un premier tome que je vous conseille grandement, amateurs de vraie qualité, car vous ne serez déçus en rien. Je commence vraiment à me dire que cet éditeur nous déniche vraiment des talents incroyables, et je pense que je vais lui faire confiance sur l'ensemble des ouvrages proposés les yeux fermés (faut juste que je garnisse un peu mon portefeuille lol)

Si vous avez La dernière terre dans votre PAL, sortez-le rapidement, il vaut vraiment le coup, et s'il n'y est pas encore, ben... Vous attendez quoi ? :D

 

Cali