les contes d'Amy

 Résumé


Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L'inquiétude surgit au détour d'un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L'angoisse se matérialise sous la forme d'une affirmation : l'enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés ? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d'amitié avec un ami pas si imaginaire que cela ? Auprès de qui chercher de l'aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres ? Alternant récits fantastiques classiques et horreur contemporaine, Frédéric Livyns vous convie à une macabre sarabande au travers de 12 nouvelles.

 

Editeur : Lokomodo
Date de sortie : 23/10/2013
Nombre de pages : 225

 

 

 

 

4 sur 5

Un bon moment de lecture angoissante, et une plume à retenir !

 

J'ai reçu cet ouvrage (encore mille mercis Frédéric !) juste au moment idéal pour l'ouvrir et m'imprégner d'une ambiance bien glauque et malsaine. Halloween, la Toussaint, quel moment plus propice pour découvrir des nouvelles tournant autour de la mort et de toutes ces frayeurs que nous avons, jeunes et moins jeunes, autour de ce thème ? La mort, souffrance, les fantômes, les maisons maudites, les internats psychiatriques désaffectés, les monstres sous le lit, tapis dans l'ombre ?

Bon, encore une fois, je tiens à préciser que je ne suis pas spécialement adepte des recueils de nouvelles, dont les histoires me paraissent souvent un peu survolées, les personnages crayonnés vite fait, l'histoire trop courte pour être intéressante. En l'occurrence ici, je n'ai absolument pas eu cette impression. (faut croire que le talent, ça ne s'invente pas !)

Les contes d'Amy a obtenu le prix Masterton en 2012, un prix largement mérité au vu du contenu, entre le fantastique et l'horreur, le coeur balance, mais les palpitations sont de mises !

Déjà, il y a une petite originalité quant à la construction du recueil. En effet, l'intro et l'outro (prologue et épilogue quoi) concernent une seule histoire, un seul personnage, et donnent un fil conducteur à l'ensemble des nouvelles rassemblées entre ces deux parties.

En effet, Amy, un personnage fort peu sympathique s'il en est (je ne vous en dis volontairement pas plus) possède un genre de "don". Et ce sont les effets de son don qu'on va découvrir dans les 12 nouvelles proposées par l'auteur. Amy donne vie à vos peurs les plus profondes et terrifiantes. Nous dévorons donc les histoires horrifiques de 12 protagonistes différents, qui ont finalement un point commun (seuls Amy et le lecteur le savent, finalement) et nous tremblons au fond de notre couette en découvrant les horreurs tout droit sorties du cerveau enfiévré de Frédéric Livyns, qui, pour le coup, n'a rien à envier aux auteurs plus renommés de ce genre de littérature.

J'avais déjà découvert l'écriture de Frédéric via Oxana, son roman jeunesse/angoisse publié aux éditions Sharon Kena. J'avais aimé également, mais avais peut-être été un peu moins emballée par ce côté jeunesse, justement. Ici, Frédéric lâche complètement la bride, et son imagination macabre est sans limites !

La plume est très juste, très fluide, évidente, aucune maladresse, aucun temps mort, les images s'enchaînent dans nos têtes comme au cinéma, ça se lit vraiment tout seul.

Il n'y a pas eu de nouvelles que j'ai moins aimé que les autres, peut-être juste que certaines ont un peu plus troublé mes angoisses enfouies que d'autres, on va dire. Si j'avais ressenti encore un petit peu plus de "frayeur", je crois que j'aurais pu mettre une note encore meilleure (mais soyons francs, élevée par Stephen King, il n'est pas facile de m'impressionner...) (Quoique... Un bon clown horrifique ou une poupée qui prend vie et on est bons !), mais je sais qu'on ne supporte pas tous les peurs de la même façon, et je pense que ce recueil pourrait quand même filer des frissons à quelques uns d'entre vous ;)

 

En tout cas, c'est vraiment extrêmement bien écrit, et c'est un recueil qui nous fait passer un excellement moment. Je n'ai même pas eu cette sensation de "trop peu" que j'ai généralement à la lecture de nouvelles. Les quantités m'ont paru bien dosées finalement, chaque nouvelle à la longueur qui lui convient, les histoires sont bien construites, l'élément anxiogène arrive petit à petit, et le final est toujours... surprenant et bien macabre. Un peu de fantastique par dessus tout ça, ou pas... Ou un peu de paranormal tiens, par-ci par-là, et nous voilà avec un ensemble très appréciable pour qui aime se faire un peu peur.

 

Dans le détail :

- La couverture : Elle est bien pensée, elle est représentative, effrayante sans trop savoir qualifier exactement quel est l'élément le plus perturbant, de la petite fille (dont on distingue difficilement les traits), ou de l'établissement derrière elle, devant lequel on n'aimerait pas se retrouver perdu par une nuit de pluie après une panne de voiture... La police d'écriture et l'ambiance générale observée clament "attention âmes sensibles s'abstenir", et n'attireront probablement que ceux qui savent à quoi s'en tenir. Le personnage et les branchages sur le pourtour sont mis en valeur par un genre de relief lisse, doux sous les doigts. C'est une couverture très adaptée et je félicite Jimmy Kerast, sauf erreur de ma part, pour sa réalisation.

- Les personnages : Pour un recueil de nouvelles, difficile de faire vraiment un paragraphe sur eux, ils sont nombreux, tous très différents, et on ne les côtoie finalement que sur un très court laps de temps. Mais globalement, ils m'ont plu. Bien amenés, cohérents, avec des réactions humaines normales, les protagonistes sont crédibles dans une histoire totalement abracadabrante, bref, une réussite.

- L'histoire : Encore une fois, un paragraphe qu'on ne peut pas tenir en parlant d'un recueil de nouvelles. Toutes les histoires sont vraiment bien racontées, bien dosées, bien fichues. Frédéric Livins nous rend les choses réalistes, et c'est bien le plus effrayant.

- L'édition :

  • La correction : Honorable. On note quand même quelques coquilles (mais je ne connais pas de correction parfaite, et les coquilles de cet ouvrage ne sont vraiment pas méchantes) mais on n'oublie pas qu'il s'agit d'une petite maison d'édition qui n'a pas les moyens des plus grandes.
  • Le livre : un tout petit poche, tout fin, tout léger, qu'on a plaisir à garder dans la main, qui ne pèse pas grand chose et ne nous brise pas le poignet au bout de 5 minutes, c'est très confortable.
    Mise en page très correcte également, rien de spécial à dire, c'est un ouvrage très agréable.

 

 

En bref,si vous aimez vous remuer un peu les tripes (rien de trop trop gore cela dit, plus angoissant que réellement effrayant) je vous conseille vivement ce recueil !

 

Cali