J'ai décidé, chaque dimanche, (en principe journée assez calme où on peut prendre le temps de lire un petit article) de publier, pour les auteurs qui le souhaiteront et qui m'en feront la demande par MP sur Facebook, un petit coup de pouce, une publicité pour leurs œuvres, afin de vous les faire rencontrer ou de mieux les connaitre.
Auteurs auto édités, édités par de petites maisons, ou même édités par de plus grosses mais qui estimeraient qu'on n'a jamais assez de publicité, je parlerai de leurs ouvrages, de leur actualité, dans la mesure des renseignements qu'ils voudront bien me donner.

 

*******

 

Aujourd'hui, un poil à la bourre sur l'horaire de publication de l'article, je l'avoue, je vais vous parler d'une femme/auteure/potesse/gaffette qui me tient particulièrement à cœur. Oui, c’est une copine que j’adore, et à qui je souhaite tout le meilleur dans sa carrière d’auteure.
Je vais vous présenter cette nana, un peu fofolle, toujours charmante, toujours de bonne humeur, et toujours sincère. Elle s’appelle Seith.  Amparo Seith pour les intimes et James Bond. Je l’ai découverte lors de son passage dans la team d’auteurs des éditions Valentina. Passage rapide, mais suffisant pour que je puisse lier avec elle un petit bout de relation (virtuelle, mais quand même) et l’apprécier pour de vrai.
Une fois n’est pas coutume, Amparo n’a pas souhaité vous parler d’elle elle-même, et a préféré me laisser le soin de dresser son portrait, tout simplement parce qu’elle n’était pas à l’aise dans l’exercice, ce que je comprends très bien.


J’espère que mes qualités rédactionnelles bien en-dessous de celles des auteurs qui s’adressent habituellement à vous dans cette rubrique ne vous décevront pas trop. :)

 

Nous y voilà donc : Le Calidoscope presents…

Amparoooooooooooooooooo Seiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiith !

1393387_555926554455911_2107507794_n

 

 

 

 

1369062_553749881340245_1114659665_n

Amparo est née en Espagne, dans les années 80 (femme des années 80, femme jusqu’au bout des biiiiiiiiiiiiiip !) Elle fut élevée par sa grand-mère vénézuélienne qui a su lui transmettre la fierté et l’amour pour ce pays et lui a appris à s’insurger contre le racisme et l’ostracisme. Qui lui a, en somme, transmis de bonnes valeurs, basées sur le respect et l’amour d’autrui . (la grand-mère que j’aurais aimé avoir ! :)

Ce qui fait d'elle aujourd'hui ce qu'elle est, je pense. Une femme sincère, la main sur le cœur, pleine d'amour pour les autres, de foi en l'humanité, de reconnaissance.





(Amparo au Vénézuela, en pleine rédaction de son carnet de voyage)

 

Sans que sa grand-mère ne s'en rende compte, c’est donc grâce à elle qu’a germé et s’est épanouie la partie de la personnalité d’Amparo qui a écrit Jakera. (La partie ? Oui, c’est en est encore une qui n’est pas toujours toute seule dans sa tête, c’est comme ça qu’on l’adore !). Amparo refuse tout net l'idée qu'on rejette quelque chose, ou quelqu'un parce que c'est/il est différent. C'est un résumé un peu rapide de ce qu'est Jakera, mais c'est la base.

1376766_555925944455972_799481060_n

De sa passion pour les arts, la musique, le cinéma ou la lecture, est née l’envie et le besoin d’écrire. Elle s’est souvent imaginé un monde où ses plus grandes passions seraient occultées, ce qui l’a poussée vers des scenarios dystopiques dans lesquels la population serait privée de ces sources de plaisir et de liberté qu’elle affectionne tant.

Professionnellement parlant, Amparo s’est diversifiée à loisirs, passant d’enquêtrice à prof particulier sans vergogne. Le changement, loin de la rebuter, la transcende. Mais clairement, son plus beau travail, c’est « maman ». (et n'importe qui la connaissant un minimum le sait.)

 

 

 

1376310_555925291122704_698622465_n

 

 

Amparo me souffle dans l’oreillette (et pour suivre régulièrement ses actualités quotidiennes, je dois dire que je confirme !) qu’on la dit souvent maladroite. (oui oui, très, même). Mais maladroite mignonne hein, des petites gaffes rigolotes (pour nous) égrènent ses journées. Cette particularité a d’ailleurs déteint sur le personnage principal de son livre, la jeune Jinja dans Jakera, qui se retrouve régulièrement dans de drôles de situations.

 


(Avec un enfant du pays de son coeur, le Venezuela)

 

Au niveau des actus, je peux vous dire que Jakera n’est plus enfant unique. Une petite sœur est née. En effet, Amparo vient de mettre le point final à l’écriture de sa toute nouvelle romance contemporaine, une belle histoire d’amour se déroulant au Venezuela. (décidément, c’est un peu le point clé de notre petite auteure !)

Ses inspirations ? Amparo m’a confié être super fan de Gabriel Garcia Marquez, un écrivain colombien, prix nobel de la littérature en 1982, (Rien que ça !) dont on qualifie volontiers les œuvres les plus connues de « réalisme magique ». Il insère en effet des éléments de fiction dans un cadre historique réel.

En bref, un petit bout de femme qui gagne à être connue. Elle est d’une grande générosité de cœur, et transpire juste l’amour et la tendresse. Elle a toujours un mot gentil, toujours un encouragement à prodiguer, elle est un petit rayon de soleil aux côtés duquel les problèmes semblent moins dramatiques soudain.

 

JAKERA.

couv jakeraEn 2012, Jakera faisait un bref passage aux éditions Valentina. C'est par ce biais que j’ai « rencontré » l’auteure. C’est aussi l’édition que j’ai lue, et appréciée, malgré quelques points que j’avais trouvés améliorables. Cette chronique me fut très pénible à écrire, car j'aurais vraiment voulu être en mesure de lui faire une chronique "coup de cœur". Ne connaissant pas encore bien Amparo, mon désir d’être honnête dans mon avis se heurtait à la crainte qu’elle ne le prenne mal, d’autant que je l’appréciais déjà beaucoup. Mais cette femme-là n’est pas du genre à s’emporter, bien au contraire, elle a pris note de mes remarques, m’en a remerciée vivement, et a repris son tome 1 de Jakera pour le retravailler. (Avec l’aide des remarques d’autres lectrices, bien évidemment.)
Le livre a été retiré de la vente, et Amparo a tout repris depuis le début.


Aujourd’hui, elle auto édite Jakera version 2. Entièrement revu et remanié pour répondre favorablement à ce qui n’avait pas fait l’unanimité à la première version.

 


Depuis cet été, Jakera, c’est ce livre :

 
 
 
Bienvenue à Jakera, grande ville de Iérasia, pays verrouillé au reste du monde. Rien ni personne n'entre à Iérasia à moins d'avoir été choisi par l'élite dirigeante, surtout en ce qui concerne le monde la culture étrangère: sont entièrement bannis le cinéma, la littérature et la musique.
L'Etat tout puissant, aidé d'une compagnie privée ayant le monopole sur tout ce qui se produit ou se vend dans le pays, contrôle la vie des habitants d'une poigne de fer.
Je m'appelle Jinja et c'est là que je vis. Je partage mon temps entre mes études et mon travail dans un café. Ma vie est tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse. Mais tout va changer le jour où Charlie, mon patron, va décider d'ouvrir un cinéma clandestin.
Au risque de tout perdre, c'est ainsi que nait la rébellion. Notre combat pour la culture.
 
 
 
 
Prix Kindle : 3,09
Prix papier : 12,20€
Editeur : Auto édition
Parution : Juillet 2013

Nombre de page : 288

 

 

 

Liens utiles :

Retrouvez Amparo sur son site web.  et sur sa page facebook qui est plus active concernant Jakera.

Jakera est disponible sur Amazon, en version numérique ou papier.

 

Quelques Chroniques :

Phebusa: "J’ai fait une découverte très intéressante, et je vous conseille de lire cette histoire qui sort des sentiers battus."

Livresse: "La totalité des personnages m’a conquise, chacun ayant son petit caractère, sa petite touche personnelle. Je conclurai donc en disant que ce livre est une très belle découverte… Seul bémol : la fin !!! Je veux savoir la suite !!!"

Mililivre: "Une très bonne histoire qui nous montre la chance qu'on a, ici, d'avoir libre accès à la culture en général!"

 
Place to be : "Ce premier tome nous propose une vision bien réaliste d'un avenir, qui me paraît tout à fait envisageable. L'auteure a su donner corps à un monde très semblable au nôtre tout en y ajoutant des éléments futuristes et en complet décalage avec notre actualité. Elle maîtrise avec facilité son univers et nous sommes très vite immergé. "

Au fil des pages de Nath : "Quand à l’histoire, elle est originale avec une intrigue bien pensée et prenante, il n’y a aucune erreur, ni omission.  Le monde que l’auteur a créé est tout à fait cohérent. La petite dose d'humour qui coule tout au long du livre est vraiment un plus très agréable."

 

 

Aujourd'hui, je voudrais juste souhaiter à Amparo tout le bonheur du monde, dans sa vie comme dans sa carrière d'écrivain, car c'est une personne qui le mérite amplement. Ce ne serait qu'un juste "retour de karma" pour être ce qu'elle est au quotidien.

(Bisous ma gaffette !!)

 

Cali