chouette une rideRésumé


Jusqu'à présent, ma vie était hyper plan-plan. Genre marmots, boulot, dodo, sauf que pour moi, le boulot ça se passe à la maison, scotchée à un clavier d'ordinateur. Ben oui, mon job, c'est écrivain (célèbre). Mais dernièrement, tout a basculé : un beau gosse dans la rue m'a appelée " madame " ; il m'a fallu une traduction simultanée pour comprendre ce que me disait une ado ; une vendeuse mielleuse m'a suggéré une crème anti-âge ; j'ai surpris des copines en train de trafiquer leur date de naissance. Et là, d'un coup, j'ai réalisé que j'avais déjà trente-six ans. C'est-à-dire, techniquement, presque quarante. Donc bientôt cinquante. À votre avis, je fais quoi ? Je déprime ou je positive ?

 



Date de parution : 03/02/10
Editeur : LGF/Livre de Poche
Collection : Le Livre de Le Livre de Poche
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 284 pages

 

 

 

5 sur 5A deux doigts du coup de coeur !

 


Il m'a semblé que cela faisait des siècles que je n'avais pas lu de chick-lit pure et dure, hormis un passage par la "romance chick-lit" de Céline Mancellon. Et ma parole, ça fait du bien ! :D

Chouette, une ride ! est vraiment excellent, j’ai passé un moment génial, je l’ai littéralement dévoré, et y ai pris un plaisir monstre. Néanmoins, j’attendais peut-être une fin plus exceptionnelle, ce qui explique que ma notation n’aille pas jusqu’au coup de cœur. Il semblerait que les coups de cœur pour le genre soient réservés à Sophie Kinsella, ma reine de l’humour.

Alors évidemment, je compare à ce qui est comparable, certains pourraient s’offusquer de voir ce genre de livre pratiquement aussi bien noté que le classique Orgueil et préjugés, par exemple. Mais mes notes sont catégorisées. Celui-ci reçoit un 5/5 « dans sa catégorie », bien évidemment.

Chouette, une ride ! est un petit livre (284 pages) format poche tout fin, tout léger (mes poignets m’en remercient, moi qui ne lis que des gros pavés :D ) qui m’a apporté quelques heures de lecture hypra confortables, un vrai bonheur.

Une histoire qui démarre doucement, mais avec beaucoup beaucoup d’humour. Qui semble raconter la vie « classique » d’une jeune femme trentenaire, Anouchka (mais que j’adooooore, ce prénom !!), écrivain et femme au foyer, maman de deux petiotes plus si gamines, qui commence à se rendre compte qu’elle n’a plus vingt ans et que sa vie n’est pas aussi palpitante qu’elle le souhaiterait.

Dans toute la première moitié, je me suis énormément identifiée à Anouchka. Elle a 36 ans, j’en ai 34, elle est maman au foyer, moi aussi, elle bosse à domicile, idem, elle se sent un peu seule à la maison la journée, et saute sur son mari le soir pour avoir enfin une conversation normale entre adultes, elle est débordée par la gestion de la maison en plus de son travail, moi itou, on lui donne désormais du « madame » dans la rue, elle sent bien qu’elle n’est plus à la page, ses gosses grandissent… Bref, Anouchka, c’est moi. Mis à part qu’elle est auteur à succès, et que je suis (j’étais) correctrice sans succès.

Dans la seconde partie, l’histoire décolle pour de bon, et part dans un délire absolument divin, dans lequel je me suis un peu éloignée d’Anouchka, mais que j’ai savouré avec un plaisir immense !


Agnès Abécassis est une auteure française (cocorico !) avec un humour vraiment génial qui n’a absolument rien à envier à ses petites copines anglo-saxonnes. Elle m’a portée tout le long du livre, sur un petit nuage de drôlerie, j’ai passé 284 pages le sourire aux lèvres.

Dans le détail, ça donne ça :

- La couverture : Pas exceptionnelle, mais rigolote, et très colorée, comme souvent en chick-lit. Le « coup de crayon » ne me parle pas plus que ça, mais il faut avouer que le dessin n’est pas désagréable, et plutôt bien représentatif du contenu, où l’on retrouve Anouchka et sa meilleure copine, sa chienne Chochana, qui, un peu par dépit, prend beaucoup de place dans sa vie et son quotidien.

- Le style : Alors là, rien à redire, j’ai A-DO-RÉ ! J’ai complètement adhéré à l’humour omniprésent d’Agnès Abécassis, à son style fluide, facile à lire, même si niveau qualité littéraire, ça reste un chick-lit… En tout cas, ça se dévore vraiment tout seul, limite si on a besoin de faire l’effort de le lire, tellement ça défile facilement. Une écriture un peu orale, c’est vraiment comme si notre meilleure copine passait boire un café pour nous raconter sa vie. Un petit moment de détente absolument délicieux.

- Les personnages : Je vous le disais plus haut, j’ai complètement craqué sur Anouchka, dans laquelle je me suis complètement reconnue. Je m’y suis vraiment attachée et identifiée avec une facilité déconcertante. Et en fait, tous les persos sont très agréables. Certains sont détestables de débilité, d’autres sont assez touchants, tous sont très réalistes et drôles (certains à leurs dépens). Ils m’ont tous plu.

- L’histoire : Futile à souhait, comme dans tout bon chick-lit qui se respecte, une vraie évasion dans la bonne humeur, bourrée d’humour,  elle délivre pourtant un message qu’on ne peut vraiment apprécier qu’une fois la trentaine passée, je crois ! :D
J’ai tout aimé, tout m’a paru couler de source, de façon très naturelle, même quand on est au summum du délirum de l’auteure, on ne doute pas un instant de ce qu’on lit. C’est un vrai bonheur.

- L’édition :

  •       La correction : Bah. « Le livre de poche » quoi. Pas parfaite mais presque, il ne reste pratiquement plus une seule coquille, et c’est vraiment le pied.
  •       La mise en page est claire, facile, agréable.

 

 

En résumé, ce livre a vraiment été un pur régal, et je ne peux que vous le conseiller très vivement pour vous détendre, et passer un moment rigolo et très agréable. En plus, c’est un poche, et ce n’est pas une nouveauté, votre porte monnaie ne m’en voudra même pas, ou alors juste à hauteur de 6,50€, ce que j’assume entièrement.
Si vous souhaitez rire et vous changer les idées, je vous en prie, n’hésitez plus un instant, Agnès Abécassis saura vous séduire, j’en suis persuadée !

J'en profite pour remercier Patricia, qui m'avait offert ce livre courant 2012, il était temps que je le lise ! :D

Cali