J'ai décidé, chaque dimanche, (en principe journée assez calme où on peut prendre le temps de lire un petit article) de publier, pour les auteurs qui le souhaiteront et qui m'en feront la demande par MP sur Facebook, un petit coup de pouce, une publicité pour leurs œuvres, afin de vous les faire rencontrer ou de mieux les connaitre.
Auteurs auto édités, édités par de petites maisons, ou même édités par de plus grosses mais qui estimeraient qu'on n'a jamais assez de publicité, je parlerai de leurs ouvrages, de leur actualité, dans la mesure des renseignements qu'ils voudront bien me donner.

 

*******

 

 

Le "Coup de Projo du dimanche" s'appellera désormais "Calidoscope 'Dimanche : Toute la lumière sur..." J'espère que vous ne serez pas complètement traumatisés par ce changement et que vous continuerez de suivre nombreux ce rendez-vous :P

 *******

 

Cette semaine, je vais vous offrir un Calidoscope'Dimanche qui me tient particulièrement à cœur, car je vais vous présenter  à la fois une personne formidable et extrêmement touchante, et une auteure découverte cette année, dont je suis tombée complètement amoureuse. (je parle évidemment de sa plume, de son univers et de ses personnages quand je dis que j'en suis love ^^)

Je vais aujourd'hui vous permettre d'en savoir plus sur Céline Landressie.

J'ai découvert le Tome 1 de sa saga Rose Morte en début d'année, et viens à peine d'achever la lecture du tome 2 ce matin même, et je peux vous dire que je ne taris pas d'éloges et de superlatifs quand il s'agit de vous dire comme j'aime cette auteure et son œuvre. Céline est capable de vous transporter (en tout cas de ME transporter) avec une facilité déconcertante dans un univers bien à elle, aidée par une plume absolument divine.

Comme chaque semaine, demander à un auteur "quelques éléments pour pouvoir écrire un joli article", c'est comme demander à un peintre de se contenter des traits principaux. Du coup, Céline nous a fait un article absolument parfait, que je vais donc vous livrer tel quel, en y allant de mon petit commentaire lorsque j'aurai quelque chose à ajouter :)

 

Bienvenue à la conquête de Céline Landressie !

 

 

Pfff0b&w2(Déjà que c'est une fille absolument délicieuse, avec laquelle échanger est un vrai plaisir, débordante de tendresse et d'amitié, elle est en plus très jolie, fraîche, pimpante, piquante. Cette fille me plaît, point barre !)

 

 

 

D’où viens-tu ? Où vas-tu ?

 

 

 


 

 

J’ai vu le jour dans la ville aux cent clochers, à Rouen, en Normandie. C’est là aussi que j’ai grandi, ou du moins, dans l’une des villes de l’agglomération.

 

 

 

 

  Photo de Rouen empruntée au site Guide Touristique en Normandie.

 

 

Vamp

 

 

J’ai toujours admiré les édifices historiques dont le vieux Rouen regorge. Surtout la rue du Gros-Horloge et la cathédrale, évidemment.

 

 

11 V   Cathedrale-de-Rouen-4
Photo 1 : La rue du gros horloge. Photo empruntée au site Campingcar76
Photo 2 : La cathédrale de Rouen. Photo empruntée au site Cédric Vincent ebook.

 


 

 

 

Petite fille, c’était ce qui m’impressionnait le plus. Le château Robert le Diable, menaçante ruine médiévale trônant sur une colline, a également fait forte impression sur mon imaginaire. C’est sûrement pourquoi, trente et quelques années plus tard, j’ai fini par situer mon premier roman (ainsi que ses personnages) dans la grande histoire.

 

 

 

 Photo du chateau Robert le Diable empruntée sur le site Paris Normandie

 

lunettestar2

 Du reste de ma vie, il n’y a pas grand-chose à dire. Comme tout un chacun, j’ai connu des hauts et bas. Certes, mon parcours fut plus sinueux que la moyenne, mais il le fut aussi beaucoup moins que d’autres dans ce monde.

 

Il y a quelques années, j’ai quitté ma Normandie natale pour aller vivre dans la montagne. Les hivers sont très rudes, oui, mais la qualité de vie est incomparable à celle que j’ai pu connaître. Là où je suis, j’y suis bien, et j’espère pouvoir y rester encore longtemps ^^

 

 

 

 

 

 

 

Dis, écris-moi un roman…

 Écrire, pour moi, n’est pas affaire de complète improvisation.

NotesT3

Pour commencer, j’ai déjà les grandes lignes de la saga (sous-entendu : de tous les tomes) dans la tête. Ensuite, pour chaque volume, je prends des tonnes de notes au crayon à papier, sur des feuilles A4 à petits carreaux. Lesquelles notes sont consciencieusement rangées dans des dossiers et sous dossiers ^^’ Pour des raisons pratiques, j’ai aussi des notes sur informatique, comme les fiches personnages, le « background », etc, etc. Tout cela doit représenter quelque chose comme 50 ou 60 pages. Il y a aussi un fichier contenant environ 120 pages de séquences inédites (passées ou futures), racontées selon divers point de vue.

 (j'envisage fortement de débusquer Céline pour aller lui chiper tout ça :P )

 DocuT1-2-3

 

Les recherches historiques nécessaires à l’élaboration du décor complètent le tableau de mes divagations, et c’est ainsi que les « moyennes lignes » se dessinent. Mais il reste toujours à faire le déroulé de l’histoire, ce que j’appelle intérieurement les « petites lignes » (qui ne sont pas si petites puisque c’est ce déroulé qui noircit les pages !). Là, en revanche, je laisse le champ libre à mon imagination, laquelle me montre une scène où et comme elle le souhaite. Après cela, bien souvent, les personnages eux-mêmes prennent le relai. Dis ainsi, je sais bien que cela à quelque chose de schizophrène, mais c’est pourtant bien ce qui se passe ^^’. (C'est vrai que ça fait un peu bargeot, mais vu le résultat, on va faire comme si tout allait bien ^^)

 

PostedetravailEn ce qui concerne les conditions d’écriture, je ne peux pas me mettre à travailler n’importe où et n’importe comment. J’imagine que je ne suis pas la seule dans ce cas, mais pour arriver à aligner quelques mots sur ma feuille de traitement de texte (oui, j’utilise essentiellement l’ordinateur), il me faut un contexte particulier. À savoir : du calme, du temps (beaucoup), de la musique et souvent une bougie allumée (pure manie, pour cette dernière). J’ai besoin de pouvoir m’immerger dans mon univers intérieur pour qu’il commence à s’animer. Cet état de rêverie éveillée n’est bien sûr pas exempt de réflexion, mais pour écrire, il me faut impérativement parvenir à « rêvasser » de la sorte. Sinon, rien ne vient. Ou rien de bon. Ce pourquoi je n’ai pu aligner que très, très peu de mots ces derniers mois, étant dans l’impossibilité quasi-totale d’avoir un peu de temps au calme pour travailler.

(le poste de travail de Céline)

 

 

Rose Morte, c’est quoi ?

 

rose morte

 

Résumé :

C'est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l'Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et au caractère bien tranché. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c'est en faisant tout pour se soustraire à cette obligation, avec l'aide de sa fidèle amie Charlotte, que Rose fera la connaissance d'Artus de Janlys.
Le séduisant et mystérieux comte l'entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l'existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle...

 

 

 

rose-morte tome-2-trois-epines

Résumé :

France, fin du XVIIIe siècle.

Alors que la révolte gronde aux quatre coins de la France, Rose est rappelée de la cour de Russie. De retour aux côtés de son mentor, elle découvre que la situation vacille également dans l’univers occulte d’Artus.

Les Arimath doivent faire face à de sauvages attaques sur leurs terres, tandis que la grogne contre la noblesse croît d’instant en instant parmi le peuple. Entre la révolution naissante et les prémices d’une guerre au sein du monde obscur, les bouleversements dans l’existence de Rose s’annoncent cataclysmiques. Leurs conséquences risquent fort de faire sombrer en un même chaos les existences des humains aussi bien que des immortels...

 

 

Il s’agit d’une saga fantastique sur toile de fond historique, baignée d’un romantisme crépusculaire rédigé dans la veine des romans des 18e et 19e siècles. Cette histoire vous mènera dans un univers sombre et dangereux, où les faux-semblants sont rois.

 S’il me fallait résumer (très sommairement) l’esprit de cette saga, je dirais qu’elle se situe à la croisée des chemins entre Bram Stocker (Dracula) et Jane Austen (Orgueil & Préjugés) (ce raccourci est tellement vrai que j'en rougis de ne pas y avoir pensé !). L’univers y est toutefois plus sombre, plus dense, plus violent aussi, et relève d’une interprétation du mythe qui m’est personnelle. Mais si vous aimez la vision « classique » de la créature de type vampirique, vous apprécierez sans doute l’univers que je dépeins.

Vous serez peut-être sensible à Rose Morte si vous prisez les récits mettant en relief la complexité des relations humaines. Car, pour moi, l’humain est au centre de tout. Ce pourquoi je m’attache autant à la psychologie des personnages.

 (Et dieu sait qu'elle y réussit à merveille, ses personnages sont absolument fabuleux !)

Dans le premier opus, intitulé La Floraison, vous ferez connaissance avec une demoiselle de 28 printemps (soit une vieille fille, pour son époque !), dont les rêves d’indépendance et le fort tempérament la placent au nombre des figures avant-gardistes de son temps, comme il y en eut à toutes les époques, comme le fut en son siècle la reine Élisabeth Ière d’Angleterre. Rose, puisque c’est ainsi qu’elle se fait appeler, est promise au même sort que toutes les femmes de son rang : le mariage. Et ce avec n’importe quel gentilhomme qui voudrait bien se satisfaire de sa dot, ainsi que de sa condition de fille d’aristocrate exilé. Un destin que Rose est déterminée à éviter.

En vous attachant aux pas de cette jeune femme éprise de liberté, vous découvrirez peu à peu un univers bien plus dangereux que le monde mortel...

Ce que je peux vous dire du second volume, baptisé Trois épines, sans gâcher la surprise, est que le rythme vous semblera sensiblement différent. C’est tout à fait voulu. Le monde que je narre n’est pas figé, pas plus que les personnages qui le composent. La découverte de l’univers ayant été relatée dans le premier tome, ce volume-ci entre plus rapidement au cœur du sujet. (je confirme !!)

Si par cet article, j’avais la chance d’avoir attisé votre curiosité, et que vous vous sentiez d’humeur à donner une chance à cette saga, vous pourriez vous procurer les deux titres susnommés rigoureusement partout. Dans tous les points de ventes physiques ou dématérialisés (telles que les sites des grandes enseignes FNAC, ou Amazon, pour ne pas les nommer). Ainsi bien sûr que sur le site des Éditions de l’Homme Sans Nom.

 

 

Nan ? C’est vrai !?

 

TeaserT3Quelques anecdotes en vrac :

 - (Attention spoiler ! Ne pas lire si vous n’avez pas encore parcouru le premier tome) : la veille d’entamer le chapitre 7 de la Floraison, je ne savais pas moi-même qu’Adelphe existait. On peut presque dire que je l’ai rencontré en même temps que Rose ! Ma surprise ne fut pas moins grande que la sienne, d’ailleurs. Pourtant, ce personnage m’est apparu dans son entièreté, avec son passé, son devenir, son caractère, et toutes les particularités qui font de lui ce qu’il est.

 

Je me rappellerai longtemps de cette soirée où je l’ai « rencontré ». Je regardais (une énième fois) l’OAV des Chroniques de la guerre de Lodoss avec ma moitié, et tandis que Parn s’échinait contre les gobelins... d’un coup, il était là (façon de parler). Alors j’ai su ce que j’allais écrire le lendemain... Parfois, le processus créatif, ça a quelque chose de magique.

 

 

TomesetDragon

 

 

- Le premier prénom de l’héroïne vient du single « Come On Eileen » des Dexy’s Midnight Runners. Une chanson que j’adorais étant jeune, et que j’apprécie toujours.

 

 

 

- Pour chacun de mes personnages principaux, j’ai une playlist composée de titres qui leur sont (à mes yeux) intimement liés. Il en va de même pour certains moments de la saga, attachés à des musiques bien précises.

 

Par exemple, le comte de Janlys est irrémédiablement associé à Enjoy the Silence, de Depeche Mode. D’ailleurs, de manière générale, la musique de Depeche Mode m’évoque la fratrie d’Holival. Surtout l’aîné, que je vois se profiler dans plusieurs singles.

 

 

Bon, c’est bien joli tout ça, mais après ?

Après les cinq tomes prévus pour Rose Morte ? Eh bien, il se pourrait très certainement que - si vous, lecteurs, me faites l’immense joie de suivre cette saga jusqu’à son dénouement - j’écrive un ou deux volumes supplémentaires, puisque l’histoire dans son entièreté ne tient pas dans les 5 tomes prévus. Il y en a un peu plus à dire sur ce qui se passe ensuite, et pour le moment, j’ai très envie de vous le raconter ! Nous verrons d’ici là... (si tu crois que je vais lâcher l'affaire après 5 tomes, tu te mets le doigt dans l’œil, Céline ^^)

Je songe aussi beaucoup à rédiger un spin-off (ou deux)... Et puisque c’est pour les lecteurs du Calidoscope que j’écris cet article, je vais me laissez aller à confier que l’un de ces spin-off s’attacherait notamment aux pas d’Adelphe. (Ouhhhhhhhhhhh !! Je veux !)

J’ai également plusieurs idées de romans, tous dans le genre fantastique, ainsi qu’un projet de fantasy.

J’espère que l’avenir me donnera l’opportunité de mener tous ces projets à bien ! Je croise les doigts très fort pour cela.

 

 

Pour en savoir plus et suivre l’actu, c’est par ici :

Le blog officiel

La page facebook (venez dire votre soutien ;) )

Twitter : @RoseMorte 

Le site de la maison d’édition L'homme sans nom

 

 Merci beaucoup, Cali, de m’avoir donné l’opportunité de parler un peu de cette saga :) ! (Mais tout le plaisir fut pour moi, très chère !)

 

N'hésitez pas à aller découvrir cette incroyable saga, qui a détrône tous mes coups de cœur de toute ma vie de lectrice !


Cali