J'ai décidé, chaque dimanche, (en principe journée assez calme où on peut prendre le temps de lire un petit article) de publier, pour les auteurs qui le souhaiteront et qui m'en feront la demande par MP sur Facebook, un petit coup de pouce, une publicité pour leurs œuvres, afin de vous les faire rencontrer ou de mieux les connaitre.
Auteurs auto édités, édités par de petites maisons, ou même édités par de plus grosses mais qui estimeraient qu'on n'a jamais assez de publicité, je parlerai de leurs ouvrages, de leur actualité, dans la mesure des renseignements qu'ils voudront bien me donner.

 

*******

 

 

Le "Coup de Projo du dimanche" s'appellera désormais "Calidoscope 'Dimanche : Toute la lumière sur..." J'espère que vous ne serez pas complètement traumatisés par ce changement et que vous continuerez de suivre nombreux ce rendez-vous :P

 *******

 

Aujourd'hui, je vous présente un auteur découvert justement dans le cadre du Calidoscope dimanche, qui m'a offert un échange très très sympathique, une vraiment très chouette collaboration. Il s'agit d'Eric Descamps, auteur d'alvéoles, publié chez Atine Nenaud. (décidement, il y en a des auteurs sympa à découvrir chez Atine Nenaud ! Retrouvez mes articles sur Danielle Guisiano et Anna Combelles !)

Je découvre ce matin les informations qu'il m'a envoyées pour me permettre de rédiger l'article, et ho surprise (!!) il a fait ça super super bien, avec toute une mise en page très jolie, des images et tout et tout !
Je n'ai pas le coeur de tout transformer pour pouvoir juste dire que "ça vient de moi", alors qu'il s'est donné tant de mal pour nous faire un récit inédit et se présenter tout exprès aux lecteurs du Calidoscope, du coup, tant pis pour mon égo, je vais vous livrer tout cela tel quel. (Arrivera bien un jour où je pourrai vous rédiger moi-même mes articles du dimanche, sont pénibles ces auteurs à trop bien écrire !! :D mdr !)

 

 

 

 

C’est juste une histoire!

 

Eric Descamps – auteur par hasard et pour le plaisir

 

Qui suis-je?

 

 

Eric-Descamps

Bonjour!

 

Je m’appelle Eric Descamps, j’habite depuis bientôt 49 ans au “plat pays” de Jacques Brel. Comme pour beaucoup de lecteurs assidus, l’écriture s’est peu à peu glissée dans ma vie comme la douce maladie qui, tôt ou tard, s’attaque aux lecteurs boulimiques. Par périodes, je me suis amusé à imaginer l’une ou l’autre histoire à dormir debout, à la travailler patiemment, un peu comme un luthier conçoit son instrument, en essaie les sonorités.

 

Tout ceci aurait dû rester un passe-temps  très confidentiel, mais voilà, un jour, je me suis dit « pourquoi pas »… et quelques manuscrits sont partis en quête d’éditeur… et c'est presque par hasard que le fruit de mes menus plaisirs de conteur s'est retrouvé dans un “vrai livre”.

 

Au fil des nouvelles publiées dans deux premiers recueils en France, mes récits se sont progressivement dépouillés de leur teinte autobiographique, tandis qu'ils gagnaient peu à peu en longueur et en complexité. La plus longue histoire publiée dans mon premier recueil La part des anges, constitue une excellente base pour un futur roman. De même, une des nouvelles de mon second ouvrage La maitresse d'écume, dans le recueil intitulé Une petite avant de dormir) flirte avec la construction et l'ambition d'un « vrai » roman fantastique.

 

Après avoir publié coup sur coup ces deux recueils, de retour face à mon ordinateur, je me suis donné une année pour boucler mon premier roman.

 

J'ai dû faire preuve d'indulgence: treize mois au lieu de douze ont été nécessaires pour boucler les 452 pages de mes Alvéoles.

 


 

…Et à part ça, vous avez un vrai métier, j’espère?

 

Bien entendu ! Les « vrais » écrivains qui vivent de leurs ouvrages sont déjà peu nombreux, alors, vous imaginez… Divertir mon entourage (ou un auditoire plus large, si affinités), n’est rien d’autre qu’un artisanat nocturne, même si j’y mets du cœur…

 

De jour, Dr Jeckill exerce ses activités de consultant. Je côtoie de nombreux clients, dans divers secteurs d’activités, la monotonie n’est jamais à l’ordre du jour.

 

De nuit Mister Scribe s’amuse à imaginer de quoi tenir ses futurs lecteurs en haleine.

0

 

 

Mais ce n’est pas tout… depuis 2010 j’ai ouvert ma propre maison d’édition : mon premier récit m’a servi de « cobaye », avant d’ouvrir mes portes à d’autres auteurs. Quatre autres écrivains m’ont rejoint au sein de « Atine Nenaud »… j’en profite pour les remercier de leur confiance !

 

 

 

 

 

 

Atine?

 

C’est le prénom de ma belle-fille, Valentine (enfin… quand elle avait « deuyan-et-demi ». elle en a quatorze depuis peu).

 

Petite confidence : je me suis emparé de ses jolies prunelles pour constituer la couverture de mon roman. Ses yeux couleur miel sont devenus l’emblème de ma micro-maison d’édition.

 


 

Quant à ma famille à géométrie variable (le terme recomposée est, je le crois, bien trop général), même si elle me regarde bizarre parfois (j'adapte mon vocabulaire aux plus jeunes),  je n'ai pas assez de mots pour exprimer à quel point je l'aime… c’est pour cela que l’écriture, l’édition…c’est quand tout le monde dort, et pas avant !

 

 

Alvéoles , un thriller à haute vitesse…

 

C’est ainsi qu’un bloggeur – devenu un ami depuis – a qualifié mon récit. Sincèrement, j’avais lorsque j’ai posté l’enveloppe contenant l’exemplaire que je lui destinais, j’avais un peu les miquettes : grand amateur des récits de Frank Thilliez (mais pas que), il pouvait me dévorer tout cru, ou pas… c’était « vraiment » quitte ou double… et finalement l’essai a été transformé, ouf !

 

Bon, d’accord, j’ai peut-être un peu forcé sur le suspense (erreur de jeunesse, si on peut dire), mais voilà : qu’on aime ou non le genre techno-thriller-polar, Alvéoles est bâti pour tourner les pages. J’aime assez bien l’idée de prendre un peu du sommeil de mes lecteurs…

 

Si le cœur vous en dit, je vous raconte « juste un peu » dans la vidéo qui vous attend sous ce lien.

 

Et si vous préférez lire, suivez-moi…

 

 

Les abeilles

 

Dominique et Judith viennent de se marier. Lorsqu'ils arrivent à la Bastide, située à deux pas de Vaison-la-Romaine, où ils doivent  accueillir leurs amis pour fêter leur union, Judith se fait attaquer par un essaim d'abeilles. Lorsque son mari parvient à l'en éloigner, il est trop tard. Judith, allergique au venin, sombre dans l'inconscience.

 

Non loin de là, Daniel et sa fille luttent contre une mauvaise grippe, aux effets secondaires inattendus. Ils se retrouvent à l'hôpital en compagnie de Faustine, la femme de Daniel. Le hasard va la rapprocher des jeunes mariés. Ensemble, ils vont découvrir que les attaques menées par les essaims sont l'effet indésirable d'un phénomène bien plus menaçant. Quelqu'un s'emploie à décimer méthodiquement la population des abeilles, n'hésitant pas à menacer l'équilibre alimentaire de l'occident.

 

 

La chute des dominos

 

Milos est un pirate informatique comme il en existe peu. Après de nombreuses années consacrées à des opérations plus ou moins lucratives, mais hautement répréhensibles, il propose ses services – en l'échange d'un coup d'éponge sur ses méfaits passés – à un organisme de l'OTAN spécialisé dans la lutte contre le cyber-terrorisme. Après une opération destinée à prouver l'efficacité de son dernier-né, une arme informatique capable de mettre à genoux les systèmes les mieux protégés au monde, Milos se fait dérober son invention. Traqué, il ne doit sa survie qu'à l'intervention de Sabrina, une jeune et séduisante spécialiste en réseaux informatiques de l'OTAN, elle-même  menacée de mort par son propre patron.

 

De poursuites en investigations, ils apprennent que l'arme que Milos a baptisée La chute des dominos sera utilisée sous peu. La cible: tous les systèmes informatiques des gouvernements de l'Union Européenne. Poursuivis par des tueurs aussi dangereux qu'opiniâtres, Milos et Sabrina n'ont pas d'autre choix que de remonter la filière, et trouver qui s'apprête à faire sauter la cyber-bombe.

 

 

La sainte Trinité

 

Franz Kettenmeyer est prêt à tout pour assurer à son entreprise un avenir florissant.

 

Débarrassée de toute concurrence, MeyerLinz entrera bientôt en belle position dans l'histoire du XXIème siècle, car elle aura sauvé le monde de la famine. À peine l'Occident aura-t-il trébuché sur un cyber-attentat semant la zizanie entre les états-membres de l'Union Européenne, qu'une funeste annonce lui donnera le coup de grâce: un redoutable prédateur décime les premiers pollinisateurs de la planète.

 

Aidé de ses frères Dieter et Gerhard, Franz Kettenmeyer est en passe de devenir le premier terroriste ayant fait la « une » du magazine Fortune. Mais face à l'ampleur des enjeux, l'union des trois frères est mise à rude épreuve. Résistera-t-elle jusqu'à l'issue des opérations?

 

 

La voyageuse des limbes

 

Judith comprend le sentiment d'impuissance de son mari. Si seulement elle pouvait lui donner de l'espoir! Mais le coma dans lequel les piqures d'abeilles l'ont murée ne lui laisse que peu de choix. Elle s'éloigne, petit à petit. Le bruit des appareils qui la maintiennent en vie s'éloigne peu à peu. Mais lorsqu'à la fin, ils se taisent, Judith fait une étrange rencontre.

 

Valérie, la fille de Daniel et Faustine, fait un cauchemar. Lorsqu'elle se réveille en sursaut, elle rassemble tant bien que mal ses souvenirs, mais rien n'y fait: elle a presque tout oublié. La seule chose dont elle soit à peu près sûre, c'est qu'elle a conversé avec Judith.

 

Dès lors, Valérie n'aura de cesse que de retrouver Judith là où elle est, là où on fait les rêves dont on ne se souvient pas.

 

Qui d'autre qu'elle en serait capable? Son mari, Dominique, est parti vers la Suisse, où il espère trouver l'origine de l'holocauste organisé des hyménoptères.

 

 

L'union sacrée

 

Dominique, Sabrina et Milos, patiemment, ont chacun assemblé nombre d'éléments convergents, mais ils ne détiennent qu'une partie du puzzle. À l'abri du Centre de Recherches hyper-protégé du groupe MeyerLinz, les trois frères s'apprêtent à donner le coup de grâce à une Europe qu'ils jugent décadente. C'est compter sans l'imagination d'un pirate, la détermination d'un jeune marié au désespoir, et le savoir-faire d'une jeune femme prête à tout pour mettre fin aux menaces qui pèsent sur elle.

 

Mais où as-tu été chercher tout ça ? (comme dirait ma maman)

 

 

La mèche

 

L'idée de développer une histoire autour d'un acte de terrorisme écologique m'est venue en octobre 2009, au hasard de mes lectures. J'avais lu un article retraçant les diverses catastrophes qui s'étaient abattues sur la population des abeilles au cours des dernières décennies: pesticides, parasites... et dernièrement: les frelons asiatiques. Ces derniers étaient venus en Europe un peu par hasard, probablement à bord de cargos. Leur faible agressivité vis-à-vis de l'homme alliée à leur voracité envers les abeilles en faisaient naturellement le prédateur invisible d'un maillon indispensable à notre équilibre écologique. Je me suis donc posé la question: et si l'arrivée de ces Vespa Vellutina était organisée, à qui profiterait le crime? En y répondant, j'avais à la fois trouvé le modus operandi, et le portrait du méchant.

 

 

La poudre

 

Pour compenser le mystère dont j'entoure l'affaire des abeilles, j'avais besoin d'une autre composante qui puisse apporter une action plus immédiate, plus concrète. La mise en scène de la chute des dominos s'est imposée naturellement, en partie parce que le monde informatique nourrit mon quotidien professionnel depuis plus de vingt ans. C'est ainsi que j'ai présenté mon pirate comme un individu capable, sur ordre, de vidanger un lac artificiel d'un simple coup de souris. Sans disposer de connaissances technologiques avancées, je me suis pris à imaginer les bases d'une arme (bien sûr) dévastatrice, mais surtout indétectable. L'alliance d'une menace écologique et d'une cyberbombe m'a aussitôt fait penser à une chaise électrique à laquelle une guillotine aurait été couplée.

 

 

L’étincelle

 

C'est peut-être un défaut de débutant, mais j'affectionne tant le mystère que je ne puis m'empêcher d'en saupoudrer mes récits. Au début du roman, on peut croire que la force de l'amour qui lie Dominique à Judith triomphera de la mort. Cela se vérifie par la suite, mais en partie seulement. La rencontre improbable entre Judith (au fond de son coma) et Valérie (au fond de son rêve) s'est imposée en cours de récit, et j'avoue avoir éprouvé un immense plaisir à hisser les voiles de l'imaginaire pour aborder cette facette plus intime du récit. Ce qui, il faut bien le dire, m'a aussi offert un très plaisant épilogue.

 

On en dit quoi sur le net ?

 

Vous souhaitez savoir ce qu’on pense de ce récit?

 

Suivez le guide…

 

 

Retrouvez les critiques détaillées sur livraddict

       
         

Les chroniques de l'imaginaire (Emily)

 

Alvéoles est une aventure très riche

         

Une chronique deNanet sur son blog

 

Un vrai bon Thriller écologique avec un suspens bien senti et des personnages touchants. Bravo !

         

Une chronique dePascal Kneuss,bloggueur et spécialiste suisse du Thriller et du polar

 

Vous vous souvenez de la série 24 heures chrono avec l'agent spécial Jack Bauer? Au terme de l'épisode, aviez-vous aussi ce besoin méchamment viscéral de connaître la suite à tout prix? C'est précisément cette sensation que j'ai eue en évoluant dans ce roman d'Eric Descamps. L'auteur, tel un chimiste particulièrement habile, a trouvé le dosage parfait pour activer nos molécules déclenchant cette sensation de dépendance!

         

Une chronique depetitebelge66 

 

Les différentes phases de l’histoire sont d'ailleurs toujours délimitées de façon assez intéressante, finissant souvent en cliffhanger, attisant ainsi la curiosité du lecteur qui finalement n'a d'autre choix que de continuer à tourner les pages : bonjour, les nuits blanches!

         

Une chronique deCacahuète 

 

Un livre qui mérite d’être connu, qui mérite d’être lu, édité par une petite maison d’édition qui a vu le jour il y a peu. Alors si vous en avez l’occasion, n’hésitez surtout pas à vous le procurer !

         

Une chronique deNathalie 

 

Voilà donc un beau thriller qui m'a fait passer de très bons moments et qui mérite votre attention. Il a su mêler des personnages attachants parce que très crédibles dans leur banalité, une intrigue aux enjeux originaux, un décor bien de chez nous et un rythme à nous tenir en haleine de page en page. Un auteur à suivre !

         

Une critique dejoyeux-drille

 

"Au final, "Alvéoles" est un roman réussi, surtout si l'on considère que c'est la première expérience du genre de son auteur."

         

Une critique dedeashelle sur le site

 

"On passe donc un bon moment de lecture délassante dans les sens où l’on pénètre dans un monde étrange et totalement dénué de scrupules. Entre le présent réel et l’anticipation."

         

Une chronique deaspare

 

"On évolue dans l'œuvre pas à pas, le suspense est à certains moments intense."

         

Une chronique decomicboy

 

"Le récit est parfaitement ficelé du début à la fin, si bien que je n’arrive pas à trouver de défauts à ce livre, et c’est tant mieux, c’est pourquoi je le dis et je le répète : Alvéoles est COUP DE COEUR 2011!"

         

Commentaires / Interview de l'auteur

 

Interview sur ce site, lors de la sortie de l'ouvrage

Interview par JD sur le site de livraddict

 

 

 

Si je ne suis pas très thrillers (voire pas du tout thrillers en fait) je dois néanmoins avouer que toutes ces chroniques, et la sympathie que j'ai d'emblée pour l'auteur me donnent envie de le découvrir. Je vais donc de ce pas ajouter Alvéoles à ma Wish-List, et n'hésiterai pas à me le procurer à l'occasion. Gageons que ce petit "coup de pouce/pub" lui amène quelques lecteurs supplémentaires, à qui Eric pourra encore grappiller quelques heures de sommeil :)

 

Cali