UNE_SI_PETITE_GARCE_uneRésumé

Noémie vient d’une famille bourgeoise catholique aisée. Elle ne manque de rien, c’est une enfant qui « a tout pour être heureuse ». En apparence seulement. Sous la surface du vernis craquelant, dans le silence du huis clos, se terre la psychose. Celle d’un couple et, en particulier, d’une mère. Qui bat sans relâche, qui hurle et crache sa haine à cette enfant dont elle ne peut souffrir l’odeur depuis le jour où elle a posé les yeux sur elle. Tout en l’aimant d’un amour fou, morbide et fusionnel qui lui fait commettre le plus odieux des crimes. « Un ouvrage interpellant qui nous dévoile une terrible réalité : celle de la maltraitance d'une enfant et du silence qui règne en maître absolu dans la société encore frileuse des années 70. Une véritable sirène d'alarme sur cette vérité encore si présente de nos jours. Des passages éprouvants, parfois à la limite du soutenable, qui ne pourront laisser aucun lecteur indifférent et nous invitent tous à réagir. »


Editions Kirographaires
Auto fiction
18,45 euros
Broché

 

 

Mon avis : Une lecture dure, forte, voire complètement traumatisante pour un coeur de Maman, 3/5 (c'est un excellent livre, mais la lecture de l'histoire terrible de cette petite fille m'a fait beaucoup de mal, impossible pour moi d'être plus enthousiaste du coup...)

4 bien 3 sur 5

 

Pour la première fois depuis bien longtemps j'ai laissé s'écouler plusieurs heures entre la fin de ma lecture et la rédaction de ma chronique... Je crois que j'avais besoin de "digérer" un peu ce livre.

Je ne vais pas vous le cacher, c'est le livre le plus "dur" que j'aie jamais lu. Certaines scènes sont carrément insoutenables. Peut-être parce que je suis maman, peut-être parce que je suis humaine, peut-être parce que je suis une bisounours dans le cœur, je n'en sais rien. Toujours est-il que je me suis demandé à plusieurs reprises si je devais poursuivre ma lecture tellement elle me faisait du mal.

Ne nous méprenons pas. Ce n'est pas une mauvaise lecture, ou un mauvais livre, bien au contraire. Et Nath Apolline l'a écrit avec justesse, sans larmoyer, mais nous fait ressentir les choses avec tellement de force ! Comment "aimer" vraiment lire l'histoire de cette pauvre petite puce, d'à peine 5 ans, terrorisée par sa mère qui lui fait subir les pires horreurs, aussi bien physiquement que moralement ? J'en suis encore toute retournée, je sens que je risque de me sentir longtemps traumatisée par ce livre.

Dans la mesure où il ne verse pas dans le pathos, mais décrit les choses assez crument, du point de vue de la petite Noémie, on ne peut pas dire que je me sois sentie triste, ou que j'aie pleuré. En revanche, je suis dans une colère ! Une rage sourde, noire, vibrante !

J'aurais tant voulu protéger cette petite pauvre enfant, la câliner, lui donner l'amour qu'elle ne recevait pas et qu'elle demandait tant ! J'aurais voulu attraper sa mère et lui arracher les yeux et tous les doigts un par un ! Voilà le genre de sentiments avec lesquels j'ai refermé ce livre.

Cette chronique est la pire que j'aie jamais eu à faire. Je ne sais pas quoi vous dire.

Je sais que ce livre se veut porte-parole de la protection de l'enfance, et donc, il faut le lire, pour briser le silence autour des violences infligées aux enfants, il faut savoir que ça arrive, il faut en parler, il faut faire savoir aux victimes qu'elles ne doivent pas se terrer, se murer dans le silence, mais chercher de l'aide, ne pas culpabiliser !

Cela dit, c'est une lecture tellement éloignée de moi... Moi qui ne lis que pour m'évader de notre monde pourri, pour le coup, c'est complètement raté. Car oui, je sais que ça peut arriver chez mes voisins, dans ma famille, chez n'importe lequel de mes proches, chez moi même ! J'ai donc été, pendant 250 pages, confrontée à toute l'horreur dont est capable l'être humain, jusqu'aux gestes les plus abjects, de la souffrance morale horrible qu'une mère peut infliger à son enfant. Pour moi, c'est tout bonnement inconcevable qu'on puisse faire ça. Et pourtant, je sais que ça arrive tous les jours. (contradictoire hein ?)

En bref, ça a été une lecture assez éloignée de ma notion de "plaisir" et d'évasion, c'est pourquoi je suis incapable de mettre une note plus élevée qui voudrait dire que j'ai "aimé". Car non je n'ai pas aimé ce que j'ai lu, c'était trop difficile pour moi, trop traumatisant, mais c'est parce que c'est vraiment un "genre" qui ne me plait pas. Sans fermer les yeux ou faire l'autruche, ce n'est pas les sensations que je recherche en m'adonnant à mon "petit moment de plaisir à moi"...

Mais je ne peux pas non plus mettre une mauvaise note, qui serait comme condamner l'auteure et son roman, alors que c'est elle qui a raison. Il faut en parler. Il faut SAVOIR et briser le silence.

En résumé, lisez-le, si vous avez le cœur bien accroché, ou si comme moi, vous êtes capables de vous faire du mal une fois, pour la bonne cause.

C'est un livre dont vous ressortirez différent, soyez-en certains.

Cali