la selection  Résumé

 

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras... Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...

 

  • Broché: 343 pages
  • Editeur : Robert Laffont (12 avril 2012)
  • Collection : R

 

 

 

 

Mon avis: 3/5 4 bien 3 sur 5 Sympathique mais sans plus d'affinités en ce qui me concerne

 

Saluons tout d'abord cette splendide couverture. Voilà un livre qui donne tout de suite envie ! Il s'agit de mon premier roman appartenant à la collection R, qui en fait, me font tous autant envie les uns que les autres par leurs magnifiques couvertures. N'est-il pas superbe, ce livre ?

Ensuite, je peux remercier ma coupinette Vany pour m'avoir offert ce livre, merci merci merci ! <3

Le "coup de feu" de la sortie de ce livre et des lectures intensives par tous les blogueurs étant passé (parfois, quand tout le monde lit le même livre à quelques semaines d'intervalle, ça a de quoi vous dégouter de l'ouvrir), je me suis enfin décidée à découvrir ce qui se cache sous les jupons turquoise de cette jolie rouquine, et à explorer le monde dystopique de La Selection.

 

Qu'en ai-je pensé ?

Eh bien, je l'ai lu relativement vite , 4 jours pour 344 pages, ce n'est pas fulgurant par rapport à certaines lectrices, mais pour moi c'est signe que j'ai plutôt passé un bon moment. J'ai apprécié cette lecture, comme j'aurais apprécié un bon chick-lit, malgré tout, je l'ai trouvée un peu légère pour une dystopie.

Pour le genre, j'ai trouvé que ça manquait de passion, de tension, d'action. Un peu mou en fait, un peu superficiel. En ce qui me concerne, en attrapant une dystopie dans ma bibliothèque, j'espère y trouver quelque chose de profond, un message, quelque chose qui va me faire réfléchir un peu, sur l'humanité, sur le fait qu'en continuant sur notre lancée, ou s'il se passait un petit quelque chose, on pourrait en arriver aux évènements qui défilent sous mes yeux.
Dans la Selection, je n'ai pas eu cette nourriture intellectuelle.

Alors ça se lit tout seul, c'est très bien écrit, je n'ai rien à redire là-dessus ! Mais ça m'a juste semblé... un peu léger quoi... Et pas très crédible en fait. Dans ce roman, America, l'héroïne, ne fait vraiment rien de particulier, et n'est vraiment pas particulière en fait, pour être remarquée et sortie du lot par le prince. S'il suffisait de gueuler un peu sur les gens pour qu'on nous apprécie, ça se saurait.
Bref, je ne resterai pas hantée par cette histoire. D'autant que tout le début m'a quand même constamment ramenée à Hunger Games. Les castes, la sélection (comme la moisson), le tirage au sort, le jeu télévisé de téléréalité, le Capitole où la vie faste et luxueuse est si différente de celle que les personnages ont vécu jusqu'à leur arrivée, les préparatifs à la rencontre du prince qui m'ont rappelé Cinna et les stylistes de HG...

Vraiment beaucoup de points communs qui m'ont... pas gênée non, mais qui ont trop retenu mon attention pour que je les ignore, et qui m'ont peut-être, probablement même, poussée à comparer 2 lectures qui n'ont finalement rien à voir. Et quand on sait comme j'ai adoré Hunger Games, fatalement, c'était difficile de tirer profit de la comparaison.


Bon cela étant, j'ai apprécié tout de même cette lecture, mais pas pour les raisons qui font que j'apprécie une dystopie normalement. Ca m'a paru frais, parfois drôle. Le prince Maxon est attachant (en revanche, je ne me suis sentie aucunement concernée par America, à aucun moment, je ne me suis attachée à elle.)

Bref, assez pour le lire rapidement par l'intérêt qu'on y trouve de se changer les idées, trop peu pour lui donner une note vraiment bonne, voire un coup de cœur, et le retenir pour toujours comme un très bon livre. J'ai un peu l'impression que l'auteure est passée à côté de l'aspect dystopie. Peut-être est-ce prévu dans les prochains tomes ?

En plus, je me sens extrêmement frustrée par la fin, moi qui pensais que ce premier tome nous présenterait cette saison de "La selection" en entier, j'ai l'impression d'avoir eu une moitié de livre, grrr !

Mais je pense que je me procurerai la suite l'Elite, à sa sortie en avril 2013, pour finalement savoir ce qui arrivera à America et ses copines et au prince Maxon, je suis trop frustrée de ne pas avoir de final... :P Vu que je saurai à ce moment-là à quoi vraiment m'attendre, je serai probablement plus enthousiaste :)

 

Cali