Angela T1  Résumé

 

Depuis qu’Isaac Hayden est entré dans ma vie, rien n’est plus pareil. Il est beau à se damner, mystérieux, sombre et il va mourir. Je le sais, je l’ai vu, comme j’ai vu mourir ma mère et ma meilleure amie. J’ignore si cette fois je serai assez forte pour combattre la mort, mais je suis prête à tout pour sauver ce bel étranger. Même si je dois me brûler les ailes…

 

Editeur : Rebelle

Collection Chimères
Prix : 17 euros
254 pages

 

 

Mon avis : 3/5 Une plume passionnante mais quelques passages un peu flous. 4 bien 3 sur 5

 

Il y a quelques mois, je tombais par je ne sais plus quel hasard sur la page Facebook de Angela - la mort est ma raison d'être par Julia M. Tean. Un roman auto édité dont l'auteure partageait quelques pages avec ses fans, encore relativement peu nombreux au moment où j'y suis arrivée. J'ai lu les premiers chapitres qu'elle laissait à disponibilité, et, si j'admettais qu'ils étaient encore pas mal perfectibles, j'avoue que les mots de Julia m'ont plu, et que j'ai eu un petit coup de cœur pour cette auteure encore un peu timide, mais pleine de volonté. Elle avait un "ptit genre" dans sa narration, un petit quelque chose qui me parlait bien. Je l'ai donc encouragée à poursuivre et à ne pas baisser les bras, et je me félicite aujourd'hui de l'avoir suivie avec attention.

Quelques mois plus tard, revoilà notre Julia éditée chez Rebelle, et rencontrant tout le succès qu'elle mérite :)

Cela fait donc un moment que j'attendais de lire ce livre en entier, (Julia m'avait catégoriquement INTERDIT de lire la version auto éditée, j'ai donc du patienter jusqu'à la réédition chez Rebelle, que je remercie pour ce roman.)

Aujourd'hui, c'est chose faite, et je ne sais par quel bout prendre ma chronique. Il n'est pas question de faire une chronique de complaisance juste parce que j'aime beaucoup Julia, je vous respecte trop pour cela. Alors je vais présenter mes sentiments sur cette lecture, qu'ils soient positifs ou pas, en laissant passer toute l'affection que j'ai pour l'auteure et tout le respect que j'ai pour son travail. Une chronique qui, comme toutes celles que je vous livre, sera faite avec le cœur, MON cœur. (comprendre : "c'est complètement normal si ça parait subjectif, c'est MON avis !" ^^)

La couverture : Tout d'abord, je tiens à féliciter Chocolat Design pour la couverture du livre. La version auto éditée était, il est vrai, moins à mon gout. Néanmoins, vu les moyens dont dispose un auteur qui débute, on pouvait bien saluer les efforts et le travail fourni pour la première version, faite maison.

Angela version auto éditée : Angela V0 Vs Édition Rebelle : Angela T1

La nouvelle couverture est très jolie, et on y revient régulièrement en cours de lecture en apprenant toujours plus de détails sur le personnage d'Angela. Elle est vraiment très plaisante. En revanche, je préférais l'ancien sous-titre "La mort est ma raison d'être", plus accrocheur, plus parlant, plus original. (question de goût perso ça !!)

Le Style : La plume de Julia est tout à fait envoutante. J'ai énormément aimé la tournure des phrases, et le style enlevé qui rythme magnifiquement le roman. Julia a pris un pari osé (franchement, on m'aurait demandé mon avis avant, j'aurais dit que ce n'était pas une bonne idée ! Comme quoi, tout le monde peut se tromper) en écrivant entièrement son récit au passé composé à la place du passé simple, plus littéraire. Alors certes, ça enlève un tout petit peu de "classe" mais quelque part, ça lui donne du "chien", du naturel. Et l'effet n'est pas désagréable, au contraire ! Le résultat est un récit qui se lit tout seul, qui court devant nous même, de façon extrêmement fluide, un peu comme si un conteur nous racontait l'histoire... Ça fait peut-être un peu plus oral, mais tellement plus évident... De plus, les tournures employées par Julia étant plutôt jolies, ça compense parfaitement bien.

J'ai trouvé ses dialogues tout à fait crédibles, les relations entre ses personnages bien expliquées, les descriptions bien faites.

Les personnages : C'est là qu'on commence les choses un peu plus difficiles pour moi. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ces personnages, mais je ne peux pas dire non plus qu'ils m'aient fait beaucoup d'effet. Angela est mignonne et sympathique, mais sans plus. Elle a été pour moi un modèle de plus du cliché de la gentille jeune lycéenne un peu passe-partout et insignifiante se transformant en héroïne, que je l'avoue, j'ai un peu l'impression de retrouver dans tous les livres YA, et ça me fatigue un peu...  Déjà les lycéens, ça commence à me "pfff" (il va falloir que je passe aux lectures de grande ?? :( ) mais le type d'héroïne mis à la mode par "Bella" ne m'a jamais passionnée. Cela étant, Angela, en l'occurrence, a au moins le mérite d'avoir un peu de caractère et d'humour. Mais bon, rien de suffisant pour emprisonner mon coeur.
Isaac, m'a fait un peu le même effet. Gentil, un poil mystérieux, amoureux... Mais y a pas eu de "flash" en ce qui me concerne.

Les personnages secondaires en revanche m'ont davantage convaincue. L’excentrique Déborah, ou le gentil et attentionné Nicolas, dans l'ombre d'Isaac, ou encore Raven, la gothique un peu flippante, m'ont parus plus vrais, plus crédibles, et surtout plus attachants.

 

La narration : Voilà le deuxième élément qui m'a un peu gênée et a baissé ma note générale. Et je suis peut-être (voire probablement) injuste et subjective pour le coup en plus, car il se peut que ce soit ma faute. Autant la première moitié du livre ne m'a posé aucun problème, si ce n'est que j'ai pu avoir sur certains passages la légère impression qu'on tournait en rond, qu'on se répétait (Nicolas ou Isaac ? Isaac ou Nicolas ? j'aimerais Isaac mais en fait non parce que...[spoil trop risqué]).

La seconde moitié du roman en revanche m'a paru beaucoup plus floue. Alors quand je dis que ça peut venir de moi, en effet, ayant eu très peu de temps pour la lecture ces derniers jours, il se trouve que j'ai lu ce livre par petites touches de 20-30 pages, donc de manière un peu saccadée et décousue, et je me demande si ça n'a pas pu fausser pas mal ma compréhension générale... Mais j'ai eu l'impression que les différents éléments composant l'intrigue n'étaient pas bien équilibrés. Il m'est arrivé de me dire qu'on passait trop de temps sur des choses peu importantes, voire répétitives, et trop peu sur les éléments vraiment marquants. Parfois mon chapitre s'achevait sans que j'aie vraiment eu bien l'impression de le comprendre et de le digérer, comme s'il y avait eu des "trous" dans le récit. Mais encore une fois, c'est peut être dû à ma lecture découpée, je ne saurais le dire.

 

L'originalité : Un bon point à ce niveau en revanche, pas de vampire, pas de loup-garou, mais un mélange subtil de créatures gentilles et moins gentilles qu'on ne retrouve pas tant que ça (du moins, pas dans ma bibliothèque.) dans les livres fantastiques sortis ces derniers temps. On change d'air et ça fait du bien. Julia a su créer un univers assez envoutant et poétique (entre la neige qui tombe pratiquement tout le long du livre, et sa chouette blanche, aux plumes qui volent dans les airs, j'ai parfois eu l'impression d'être Kim, dansant sous les flocons crées par Edward aux mains d'argent dans la scène magnifique du film de Tim Burton... J'ai apprécié cet univers immaculé !) Et puis, pour une fois, les "transformations" subies par les personnages (ceux qui deviennent des anges) ne semblent pas se produire facilement, comme une fleur qui ouvrirait ses pétales tout en douceur. Chez Julia, lorsque les ailes poussent, ça fait un mal de chien, et lorsqu'elles sortent, la chair explose et le sang gicle, souillant la neige scintillante de myriades de gouttes carmin. J'ai beaucoup aimé cette touche plus sombre, qui nous sort un peu de l'univers aseptisé des livres pour ados.

Enfin bref, j'ai donc un avis plutôt mitigé, mais tout de même globalement positif sur ce roman. Je tiens surtout à féliciter Julia pour son succès, je l'admire beaucoup pour sa persévérance et lui souhaite tout le bonheur du monde en rencontrant son public d'anges, qui sera certainement globalement plus jeune que moi (^^). Elle a fait un travail formidable de réécriture et de correction sur ce que j'avais pu lire de la version auto éditée pour cette édition "professionnelle" chez Rebelle, et franchement, je lui tire mon chapeau. C'est une travailleuse qui a beaucoup de mérite, qui ne lâche rien, et qui est très courageuse, tout en étant absolument adorable.

Bonne chance à Julia chez Rebelle !!


Cali