51ltbUPcZ2L

 

 

RESUME: « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins
conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi
à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye
ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
- Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ».

 

MON AVIS: Jamais je n'ai lu de livre portant si bien son titre. La délicatesse est telle la bulle de savon, éphémère comme l'amour, comme la vie, mais si délicate, si fine, si parfaite. Aussi pure et belle que n'importe quelle histoire d'amour, et pourtant unique pour celui qui la vit.

C'est un livre qui a le don de ne rien raconter en racontant pourtant toute la vie, tout l'amour, toute la tendresse, la féminité, les sentiments, la stupide propension de la majorité des gens à s'arrêter à l'apparence physique, tout en soulignant qu'heureusement, parfois, certains savent voir plus loin.

C'est une boule de cristal parfaitement sphérique, parfaitement pure, parfaitement transparente, dans laquelle peut flotter, parfois, une minuscule bulle d'air, qui la rend peut-être moins parfaite aux yeux des connaisseurs, mais qui en fait quelque chose de parfaitement unique aux yeux des gens normaux. Dans ces deux sphères on peut voir le reflet de tout ce qui fait le monde, de la même façon, et pourtant, elles ne peuvent pas se rencontrer tout en étant intimement liées.

J'ai parcouru ce livre très vite, car c'est un livre qui se dévore, tant il est simple et en même temps si complexe, si vivant, si dynammique.

L'écriture de David Foenkinos est d'une grande fluidité, et d'une tendre poésie. Les mots semblent couler de source, et jaillir telle une fontaine dans nos esprits, c'est si facile de lire notre histoire ( car c'est le récit de toutes les histoires d'amour) par l'intermédiaire des autres. De personnages aussi attachants que Nathalie et François, puis Nathalie et Markus. Ils sont si parfaitement imparfaits l'un et l'autre qu'ils sont n'importe qui.

David Foenkinos parsème son roman de minis chapitres, quasiment un coup sur 2, relatant une anecdote, les paroles d'une chanson, les résultats d'un championnat, les dialogues d'une pièce de théâtre, une définition du larousse. Ca rend la lecture encore plus dynamique, un vrai bonheur.

Lire la Délicatesse c'est entrer dans un écrin tapissé d'ouate, sur laquelle reposent quelques pétales de rose rouges comme l'amour, et doux comme du velours.

N'hésitez pas à venir plonger dans l'histoire du monde et de la poésie de Mr Foenkinos, qui est rééllement un auteur à connaître. Je n'hésiterai pas à me procurer un autre de ces titres dés que possible tant je me suis régalée!

 

Cali

 

PS: bon maintenant j'ai un marque-pages à réaliser pour ma copine Mélu!! :D