51pTiP-P0YL

 

RESUME: " …Non, ne pleure pas… Tiens, prends mon mouchoir, petite fille… Mais il y a une chose que je dois te dire : les gens qui s'arrêtent de parler deviennent fous. Chu Ta, par exemple, je ne te l'ai pas dit tout à l'heure, mais il est devenu fou et très malheureux aussi… Très, très malheureux et très, très fou. Il n'a retrouvé la paix que lorsqu'il était un vieillard. Tu ne vas pas attendre d'être une vieillarde, toi, n'est-ce pas ? Dis-moi que non. Tu es très douée, tu sais ? Tu es la plus douée de tous les élèves que j'aie jamais eus, mais ce n'est pas une raison, Camille... Ce n'est pas une raison… Le monde d'aujourd'hui n'est plus comme celui de Chu Ta et tu dois te remettre à parler. Tu es obligée, tu comprends ? Sinon, ils vont t'enfermer avec de vrais fous et personne ne verra jamais tous tes beaux dessins… "

" Ce livre ne raconte rien d'autre qu'une histoire d'amour. Une histoire d'amour entre quatre éclopés de la vie. Camille, Franck, Philibert et Paulette. Des bons à rien, des cabossés, des cœurs purs. Quatre allumettes placées ensemble au-dessus d'une flamme. Et, pfiou… Tout s'embrase. " Anna Gavalda

 

MON AVIS: Quelle poésie!! Quel tourbillon! J'ai adoré ce roman. C'est si simple et en même temps si représentatif de toute la complexité de la vie et du coeur humain cette histoire!

Beaucoup n'aiment pas la plume d'Anna Gavalda. "Elle écrit comme elle parle". J'entends souvent dire ça. Et bien moi, c'est justement ce que j'aime. Quand je lis Gavalda, j'ai l'impression d'écouter ma soeur me raconter une de ses interminables histoires de coeur d'artichaud... C'est comme une vraie conversation, ça dérape, ça dévie, ça part dans tous les sens, quelque chose te fait penser à autre chose et hop, sujet adopté. Je me régale.

J'avais beaucoup aimé Je l'aimais de la même auteure qui partait pourtant d'une histoire qui ne pouvait que me déplaire ( pour des raisons personnelles). Et je m'étais promis de faire un autre essai avec un roman de Gavalda qui n'avait pas ce mauvais point de base. Et je ne regrette vraiment pas.

Avec beaucoup d'humour et de piquant, Anna Gavalda nous fait une fresque merveilleuse et "So Paris" de l'amour, de l'amitié, des écorchés. J'ai été prise d'affection pour chacun des personnages, marrants, torturés, marrants, simples, marrants, touchants, marrants, loufoques, marrants, décalés, marrants... Vraiment je les ai adorés.

Cette tranche de vie si naturellement décrite restera longtemps dans mon coeur pour me rappeler comme nos amis sont importants et comme il ne faut pas les négliger, et être toujours là pour eux. Que quand on pense être au fond, en principe, on peut remonter d'un coup de talon, et qu'il y aura peut-être un visage flou à la surface pour vous accueillir en vous tendant la main.

Je terminerai sur une citation du livre que j'ai beaucoup aimée, et que je vais m'agiter sous le nez comme un mantra pour garder l'esprit ouvert: "Et puis, qu'est ce que ça veut dire, différents? C'est de la foutaise, ton histoire de torchons et de serviettes... Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leur différence."

 

Merci Anna pour ces quelques jours ( j'aurai cru plus, il avait vraiment l'air d'un pavé ce bouquin) de détente pure et n'ayons pas peur de le dire, d'amûûûûûr!!!

A l'occasion je n'hésiterai pas à retenter l'expérience Gavalda avec un grand plaisir :)

 

Cali

 

PS: toujours en parallèle du livre perdu des sortilèges pour le read along d'Ardanuel, j'enchaîne avec Le Chaperon Rouge de Sarah Berkley Cartwright. Il s'agit d'un petit livre voyageur que j'ai reçu de ma copine Plume (allez voir dans les liens amis, tas de faignants!) et que j'ai hâte de découvrir. Le conte revisité devrait beaucoup me plaire, je n'en doute pas. Mon avis dans les jours qui viennent!